L'auteur
Dannemark Francis

Présentation

Photographie © de Yves Fonck.

Francis Dannemark est né le 13 avril 1955, année de la Chèvre, à Macquenoise, sur la frontière franco-belge et sous le signe du Bélier.

Lors de ses études de philosophie & lettres à l’Université de Louvain, il anime une revue littéraire, « La Vigie des Minuits Polaires ». Tout en écrivant, il exerce diverses activités : professeur, garde de nuit, traducteur, critique de cinéma, adjoint du rédacteur en chef d’un journal de bandes dessinées, attaché culturel dans un cabinet ministériel, animateur d’ateliers d’écriture en Belgique et en France, écrivain en résidence (Université d’Artois), directeur d’un centre culturel à Bruxelles, directeur des associations Escales des lettres (qu’il fonde à Bruxelles et à Arras en 1999). Il est actuellement éditeur, conseiller littéraire indépendant, et responsable du programme d’Escales des lettres à Bruxelles.

En 1998, il a créé la collection « Escales du Nord » qu’il dirige en collaboration avec Jean-Yves Reuzeau, Hélène Hiessler et Bénédicte Pérot aux éditions Le Castor Astral (Paris/Bordeaux).

Pour plus d’informations, vous pouvez visiter son site officiel : http://www.francisdannemark.be/

Bibliographie

Romans et textes courts :

- Le Voyage à plus d’un titre, Robert Laffont, 1981
- La Nuit est la dernière image, Robert Laffont, 1982
- Mémoires d’un ange maladroit, Robert Laffont, 1984
- L’Hiver ailleurs (suivi de) Sans nouvelles du paradis, textes courts, Robert Laffont, 1988
- Choses qu’on dit la nuit entre deux villes, Robert Laffont, 1991
- Les Agrandissements du ciel en bleu, Robert Laffont, 1992
- La Longue promenade avec un cheval mort, Robert Laffont, 1993
- Zone de perturbations, roman érotique, écrit en collaboration avec Etienne Reunis, Zulma, 1994
- La Grève des archéologues, Le Castor Astral, 1998
- Qu’il pleuve, Le Castor Astral, 1998
- Mémoires d’un ange maladroit, édition revue, Le Castor Astral, 1999


9 Ouvrages aux éditions Cadex

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Mais laisser la pensée ouverte, n’est-ce pas toujours préférer le désarroi ? »
Christian Prigent
Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas

Spilmont Jean-PierreClod’AriaDaviet LiseGlück MichaëlRitman SergeBobillot Jean-PierreSalvayre LydieLewigue Clauzel JacquesLouis-Combet ClaudeDobzynski CharlesDíaz-Ronda LeónMonory JacquesJimenez AlfonsoDebeire ÉvelyneBrottet DaphnéPignon-Ernest ErnestBenoît GuyHanrez MarcDierick LaurentRoussel AlainMoreau MarcelGuilbaud LuceMahoux PaulKoch ErikHayel KéligLaporte RogerRimlinger Nathalie-NoëlleOjog ElenaBrulet Gilles
Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances Dans les jardins mouillés Matière du temps 1 La Ville autour Un habitué des courants d’air L’Italien Corps antérieur La Tombe d’un jeu d’enfant gLoire(s) Le Chant du destin Coquerets et coquerelles C’est papa qui conduit le train Fragments du solstice Marie-Gasparine Toro Rien qu’une ombre inventée Chroniques d’un promeneur assis Opéré bouffe L’Impatience Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Course libre Le Sentiment de la nature Circé ou Une agonie d’insecte Chair de Sienne Fidèles félidés Carnets du graphomane En toutes circonstances Le Perron Rien qui porte un nom L’Alimentation générale de Tombouctou