L'auteur
Faye Éric

Présentation

Né en 1963 à Limoges, il vit à Paris.
Éric Faye publie des fictions, depuis 1992 en revues, et 1995 en livres. Il écrit depuis l’âge de 20 ans, sérieusement.

Bibliographie

Aux Éditions José Corti
- Quelques nouvelles de l’homme, 2009 (nouvelles illustrées par Laurent Dierick)
- Un clown s’est échappé du cirque, 2005
- Quelques nobles causes pour rébellions en panne, 2002
- Les Lumières fossiles, 2000
- Je suis le gardien du phare, 1997, prix des Deux-Magots 1998 (Points Seuil, 2000)
- Le Sanatorium des malades du temps, 1996
- Dans les laboratoires du pire, 1993
- Ismail Kadaré, Prométhée porte-feu, 1991
- Entretiens avec Ismail Kadaré, 1991

Aux Éditions Stock
- Nagasaki, Grand Prix du roman de l’Académie Française, 2010
- Nous aurons toujours Paris, 2009
- L’Homme sans empreintes, 2008, prix François Billetdoux 2008
- Le Syndicat des pauvres types, 2006 (Folio, 2008)
- Mes trains de nuit, 2005
- La Durée d’une vie sans toi, 2003 (Livre de poche, 2005)
- Les Cendres de mon avenir, 2001 (Livre de poche, 2003)
- Croisière en mer des Pluies, 1999, prix Unesco-Françoise, Gallimard (Livre de poche, 2000)

Aux Éditions Le Serpent à plumes
- Parij, 1996 (Le Rocher - Motifs, 2007)
- Le Mystère des Trois Frontières, 1998 (Points Seuil, 2001)
- Le Général Solitude, 1995 (Points Seuil, 2000)

Aux Éditions Autrement
- K., ouvrage collectif sur Franz Kafka, 1996

Aux Éditions Jean-Claude Lattès
- Mondes effacés (Souvenirs d’un Européen), collaboration
à l’autobiographie de Jusuf Vrioni, 1998

Aux éditions Circa
- Passager de la ligne morte, 2008

Aux éditions Publie.net
- Nuit du verdict, 2010


Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« C’est une émeute, avait dit l’un des hommes. Un soulèvement populaire, avait ajouté l’autre. Les carabiniers du village avaient fini par se décider à venir voir ce qui se passait. Ils avaient aidé les deux hommes à remonter dans leur autocar qui s’était enfui. À Santa Maria di Momentana, les maçons avaient achevé de monter le mur de briques. La Madonna était cloîtrée, hiératique. En bas, trois femmes caressaient l’enfant sous la robe qui frémissait. Le printemps était là en cette année 1944. »
Michaël Glück
L’Enceinte

Aux éditions Cadex