L'auteur
Godel Vahé

Présentation

Né en 1931 à Genève, Vahé Godel est le fils de Robert Godel, d’un linguiste suisse de renom, spécialiste de la langue arménienne, et de Méliné Papazian, arménienne née à Bursa (Turquie). Il a traduit plusieurs poètes arméniens et nombreux de ses textes ont eux-mêmes été traduits et publiés en arménien, russe, espagnol et roumain. Correspondant de la Maison Internationale de la Poésie (Bruxelles), il est également Membre de la Société des Gens de Lettres de France, Membre du Jury du Prix Max-Pol Fouchet ainsi que Membre d’Honneur de l’Union des Écrivains d’Arménie. Il réside actuellement à Genève.

« Passager clandestin sur des frontières de sables mouvants, Godel nous propose sa rythmique si particulière : ses mots sont des incantations, des foyers d’incandescence. »
- André Clavel (L’Évènement du Jeudi, 1987)

« Une »langue clandestine« dont on aurait forcé portes et fenêtres, et qui serait ouverte à tous les vents. »
- Dimitri Alexakis (Le Monde des Livres, 1993)

Bibliographie

Bibliographie sélective :

Aux Éditions À La Différence :
- Quelque chose quelqu’un, 1987
- Exclu inclus, 1988
- Vous, 1990
- Ov, 1992
- De plus belle, 1993
- Arthur Autre, 1994
- La poésie arménienne du Ve siècle à nos jours, nouvelle édition revue et augmentée, 2006
- Entre deux, à paraître en octobre 2007

Autres éditeurs :
- Signes particuliers, Éditions Grasset, 1969
- Coupes sombres, Éd. À La Baconnière, 1974
- Du même désert à la même nuit, Éd. Jacques Antoine, 1978
- Qui parle ? Que voyez-vous ? Éd. Zoé, 1982
- Faits et gestes, Éd. À La Baconnière, 1983
- Le Goût de la lecture, Éd. Le Dé Bleu, 1992
- Et pour finir, Éd. André Simoncini, 1997
- Nicolas Bouvier : « Faire un peu de musique avec cette vie unique », Éd. Metropolis, 1998
- Zones frontières, Éd. François Demoures, 1998
- Fragments d’une chronique (Genève-Paris-Arménie), Éd. Metropolis, 2001
- Le Charme des vestiges, Éd. Caractères, 2003


5 Ouvrages aux éditions Cadex

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Aussitôt qu’il arrivait je cachais son journal
et regardais les fleurs de la toile cirée
mourir sous les estafilades et les taches de
brûlé : la fin du monde est pour bientôt. »
Dominique Fabre
Avant les monstres

Reynier YvesCollectifFampou FrançoisGuillou YvonViannay MoniqueRavanel FrançoisBrianti JacquesMingarelli HubertKerger BernardGoffette GuyGellé AlbaneAquindo SergioPignon-Ernest ErnestSautou ÉricDebeire ÉvelyneClod’AriaLison-Leroy FrançoiseBeeckman LéoPirotte Jean-ClaudeGodel VahéRebaud DavidBonnet GeorgesDezeuze DanielKhodja FrédéricGriot-Cullafroz BernadetteLekeuche PhilippeRoche MauriceShan ShanMarchal PhilippeTaris Jacques
Carnets respiratoires Un rossignol sur le balcon Billet pour le Pays doré Tacatam Blues Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Banlieue nord Animalimages Musée de l’os et de l’eau Ombres classées sans suite Le Bec de la plume Petits bonheurs Circé ou Une agonie d’insecte L’Enceinte La Poignée de porte Monsieur l’évêque avec ou sans mitre Toboggans des maisons Autobiographie d’un autre Le Bel aujourd’hui L’Appétit de Don Juan Les Montagnes du soir Fragments d’un désastre Lavoir de toutes les couleurs Chambre de feuilles Profondeur du champ de vol Les Madones du trottoir L’Ordinaire, la métaphysique Le Sens du toucher Les Visages et les voix Pour mon ours blanc Carnets du graphomane