L'auteur
Lekeuche Philippe

Présentation

Photographié par le peintre Jean Dalemans.

Né à Tournai (Picardie belge), le 19 janvier 1954. Philippe Lekeuche commence à faire de la poésie dès l’âge de douze ans. Á 14 ans, il rencontre le poète belge Madeleine Gevers, amie intime de Michel de Ghelderode, qui lui enseigne durant dix ans la technique poétique.
En 1970, à l’âge de seize ans, il rencontre chez lui à Bruxelles Maurice Carême qui le convainc de garder son nom et de renoncer à son pseudonyme de l’époque.
En 1974, il entame des études de psychologie à l’Université, études qu’il poursuivra jusqu’au doctorat (1987), avant d’enseigner la psychologie clinique et la psychologie de la littérature à l’Université de Louvain, de 1994 à aujourd’hui.
C’est en 1987 qu’a lieu sa rencontre destinale avec Gérard Fabre, fondateur des Éditions Cadex, qui publie son premier livre : « Le Chant du destin ». En 1995, Philippe Lekeuche reçoit le Prix Triennal de Poésie de la Communauté française de Belgique. En 2008, André Velter consacre son émission « Poésie sur parole » du 6 avril, sur France Culture, aux deux ouvrages « Le Plus fou des hommes » et « Le Feu caché », et Thierry Génicot son émission « La pensée et les hommes » du 18 octobre, sur la Radio nationale belge, aux deux mêmes livres.

Bibliographie



- Si je vis, Les Éperonniers, Bruxelles, 1988 (Prix Pollak de l’Académie)
- Celui de rien, Les Éperonniers, Bruxelles, 1993 (Prix Triennal de Poésie, 1995)
- L’État rebelle, Les Éperonniers, 1998
- Cette maladie, au nom perdu, Éditions Jacques Brémond, 2005
- Le Plus fou des hommes, Éditions Le Taillis Pré, 2007
- Le Feu caché, Éditions des Vanneaux, collection L’abreuvoir, 2007


6 Ouvrages aux éditions Cadex

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

Dezeuze DanielHarpman JacquelineCollectifMagnus TeddyMonory JacquesDierick LaurentGuilbert DeniseBuret NellyLeblanc CatherineBorghesi GraziellaPirotte Jean-ClaudeRoche MauriceGuillou YvonGlück MichaëlHauc Jean-ClaudeHugo MarieBollLiskaDebeire ÉvelyneMoreau Jean-DavidBrémond JacquesPerret RodolpheMakoJégou Alain Simon HervéBonnet GeorgesTardif Jean-ClaudeCliff WilliamVenaille FranckRouzé Stéphane
Le Sens du toucher Tacatam Blues On disait Toro Lavoir de toutes les couleurs Un alibi de rêve Arènes 42 Mon chat son chien et le cochon du voisin Capitaine des myrtilles En herbe C’est l’Eté Avant les monstres Animalimages La Poignée de porte Le Congrès d’automne La Toile de la foraine - Lyon : portrait Les Choses n’en font qu’à leur tête Friches Encre Fidèles félidés Villégiatures & Cie Fragments d’un désastre Une voix pour Orphée Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances L’Impossible Manque Les Macchabs vites Insensément ton corps L’Enceinte Dans la présente abjection des mondes Dits d’elle