L'auteur
Lekeuche Philippe

Présentation

Photographié par le peintre Jean Dalemans.

Né à Tournai (Picardie belge), le 19 janvier 1954. Philippe Lekeuche commence à faire de la poésie dès l’âge de douze ans. Á 14 ans, il rencontre le poète belge Madeleine Gevers, amie intime de Michel de Ghelderode, qui lui enseigne durant dix ans la technique poétique.
En 1970, à l’âge de seize ans, il rencontre chez lui à Bruxelles Maurice Carême qui le convainc de garder son nom et de renoncer à son pseudonyme de l’époque.
En 1974, il entame des études de psychologie à l’Université, études qu’il poursuivra jusqu’au doctorat (1987), avant d’enseigner la psychologie clinique et la psychologie de la littérature à l’Université de Louvain, de 1994 à aujourd’hui.
C’est en 1987 qu’a lieu sa rencontre destinale avec Gérard Fabre, fondateur des Éditions Cadex, qui publie son premier livre : « Le Chant du destin ». En 1995, Philippe Lekeuche reçoit le Prix Triennal de Poésie de la Communauté française de Belgique. En 2008, André Velter consacre son émission « Poésie sur parole » du 6 avril, sur France Culture, aux deux ouvrages « Le Plus fou des hommes » et « Le Feu caché », et Thierry Génicot son émission « La pensée et les hommes » du 18 octobre, sur la Radio nationale belge, aux deux mêmes livres.

Bibliographie



- Si je vis, Les Éperonniers, Bruxelles, 1988 (Prix Pollak de l’Académie)
- Celui de rien, Les Éperonniers, Bruxelles, 1993 (Prix Triennal de Poésie, 1995)
- L’État rebelle, Les Éperonniers, 1998
- Cette maladie, au nom perdu, Éditions Jacques Brémond, 2005
- Le Plus fou des hommes, Éditions Le Taillis Pré, 2007
- Le Feu caché, Éditions des Vanneaux, collection L’abreuvoir, 2007


6 Ouvrages aux éditions Cadex

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Franck, Victorine et leurs enfants sont présentés devant le juge. La présence des enfants émeut tout le monde, jusqu’aux policiers de la PAF, dont l’un fait jouer Shanee, trois ans, avec l’étui de son pistolet. Le même fabrique des avions en papier dans le hall du tribunal pour la petite fille et répète, alors que je porte l’enfant dans mes bras et la berce : c’est une honte de voir ça, comment on traite les gens. Aujourd’hui, 16 septembre, Franck est parti au Congo. »
Marie Cosnay
Entre chagrin et néant

Mérillon GeorgesTardif Jean-ClaudeDelaume, ChloéBenhamou MauriceLacroix PaulMingarelli HubertJosse JacquesAbeille JacquesLouis-Combet ClaudeGuichard ChristianReynier YvesSalvaing FrançoisMoreno SalvadorPirotte Jean-ClaudeLegrand MariePeuchmaurd PierreVermeille PatricePons RenéCouliou ChantalBadaire Jean-GillesSacré JamesRebaud DavidDècle ChristineJégou Alain Guilbaud LuceNouwynck IsabelleChambon Jean-PierreBuret NellyElmekki KoraïchSilvain Pierre
Musée de l’os et de l’eau Le Loir atlantique Cheminement vers le rien De purs désastres, édition aggravée Un oursin Mi-ville mi-raisin Le Vent du dehors Une voix pour Orphée Course libre Premières poésies (1950-1955) Le Sens du toucher Non lieu provisoire Le Faraud séant Stilb suivi de Iréniques L’Indifférent Ciel inversé 2 Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Avant les monstres Autobiographie d’un autre Le Bec de la plume Vladivostok, aller simple Carnets du graphomane Parfois Le Réel Tu me libellules Le Vingt-deux octobre Le Jour se lève encore Colomb, Cortez & Cie Le Taureau, la rose, un poème Carnets des solitudes