Le plasticien
Vimard Jacques

Présentation

« Je crois que je me suis mis à peindre pour plaire à ma mère, la séduire... J’ai commencé par un acte de séduction puis c’est devenu un défi à la mort...
En 1962, à mon retour d’Algérie, j’ai pris conscience de mon isolement, à la fois familial et social. J’ai découvert Nietzsche. J’ai beaucoup peint. Peindre, c’était me remettre en question, avec pour repères Rimbaud, puis Artaud. »

voir à www.jacques-vimard.com

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« C’est une émeute, avait dit l’un des hommes. Un soulèvement populaire, avait ajouté l’autre. Les carabiniers du village avaient fini par se décider à venir voir ce qui se passait. Ils avaient aidé les deux hommes à remonter dans leur autocar qui s’était enfui. À Santa Maria di Momentana, les maçons avaient achevé de monter le mur de briques. La Madonna était cloîtrée, hiératique. En bas, trois femmes caressaient l’enfant sous la robe qui frémissait. Le printemps était là en cette année 1944. »
Michaël Glück
L’Enceinte

Aux éditions Cadex

  • L’Insu
    Guy Benoît
    1991
    9,50 EUR