Le plasticien
Vimard Jacques

Présentation

« Je crois que je me suis mis à peindre pour plaire à ma mère, la séduire... J’ai commencé par un acte de séduction puis c’est devenu un défi à la mort...
En 1962, à mon retour d’Algérie, j’ai pris conscience de mon isolement, à la fois familial et social. J’ai découvert Nietzsche. J’ai beaucoup peint. Peindre, c’était me remettre en question, avec pour repères Rimbaud, puis Artaud. »

voir à www.jacques-vimard.com

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Franck, Victorine et leurs enfants sont présentés devant le juge. La présence des enfants émeut tout le monde, jusqu’aux policiers de la PAF, dont l’un fait jouer Shanee, trois ans, avec l’étui de son pistolet. Le même fabrique des avions en papier dans le hall du tribunal pour la petite fille et répète, alors que je porte l’enfant dans mes bras et la berce : c’est une honte de voir ça, comment on traite les gens. Aujourd’hui, 16 septembre, Franck est parti au Congo. »
Marie Cosnay
Entre chagrin et néant

Aux éditions Cadex

  • L’Insu
    Guy Benoît
    1991
    9,50 EUR