Actualité À paraître le 11 avril 2012

, par Hélène Boinard

Bonjour !

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution de deux nouveaux livres dans la collection « Texte au carré » : La Source de Hubert Mingarelli et Zoophile contant fleurette de Pierre Senges.

Nous sommes diffusés par CED :

73 quai Auguste Deshaies

94 854 Ivry-Sur-Seine

Tél. 01 46 58 38 40

Fax. 01 46 71 25 59

et distribués par DILISCO :

BP 25

23 220 Cheniers

Tél. 05 55 51 80 00

Fax. 05 55 62 17 39

relation.client@dilisco.fr

N’hésitez pas à nous écrire ou à nous téléphoner, au 04 67 76 35 70, pour tout renseignement complémentaire.

Bien cordialement,

Hélène Boinard, directrice des éditions Cadex

JPEG - 99.3 ko
La Source


La Source, Hubert Mingarelli, préface de Joël Egloff, illustration de couverture et vignettes intérieures de David Rebaud, nouvelle, collection « Texte au carré », 14x14 cm, 62 p., 2012, ISBN : 978-2-913388-82-6

Orfèvre en histoires courtes, Hubert Mingarelli condense dans La Source ce qui a fait son succès : une émotion tenue au plus près du silence par des mots simples, des phrases impeccables dans leur pouvoir d’évocation, une délicatesse vis-à-vis de ses personnages et cette façon incroyable qu’il a de faire d’eux nos propres frères.

Deux frères partent en pleine nuit pour atteindre des gorges où coule une source. Quelque chose de leur enfance y est attaché. Renzo est le plus jeune, fragilisé par le décès de leur père. George a endossé le costume du grand frère protecteur mais ce n’est pas vraiment du sur mesure. Ils font du stop, et continuent à pied, au cœur de gorges qui les rapprocheront l’un de l’autre, de leur destin et de ce père disparu, porteurs ensemble d’un talisman : une fusée de détresse trouvée dans ses affaires. Au fur et à mesure de leur périple, les dialogues nous dévoilent des bribes de leur histoire et les deux frangins y puisent le courage dont ils ont besoin pour ce qu’ils doivent accomplir. La Source est aussi une histoire d’héritage, si l’héritage est une chose intime, un bloc de silence tenu au chaud des rêves... Au final, dans une ultime scène merveilleuse, c’est la grâce qui nous cueille, celle d’avoir touché à ces moments épiphaniques où la vie n’est pas autour de nous, mais jaillit du livre qu’on lit. Et dont on se souviendra longtemps avec le désir d’en partager l’émotion.

Ainsi s’en vont George et Renzo, pas à pas, vers la source. Ils s’élèvent et remontent le temps. Ils marchent à la rencontre de leur père. Car dans les livres d’Hubert Mingarelli, il faut se souvenir. Il faut recevoir et donner. Il faut apprendre et transmettre. Une torche suffit pour incendier la nuit. Voilà ce que c’est que d’être humain.
- Joël Egloff

JPEG - 78.1 ko
Zoophile contant fleurette


Zoophile contant fleurette, Pierre Senges, préface de Stéphane Audeguy, illustration de couverture et vignettes intérieures de Sergio Aquindo, nouvelle, collection « Texte au carré », 14x14 cm, 60 p., 2012, ISBN : 978-2-913388-81-9

Après le Petit Traité d’éducation lubrique de Lydie Salvayre, les éditions Cadex poursuivent leur exploration des activités érotiques ou procréatrices avec cette sorte de traité d’éducation zoophilique que nous propose Pierre Senges, l’un des plus inventifs romanciers actuels.

Sous couvert d’apporter sa contribution à l’exégèse biblique, Pierre Senges part du principe que dans son Arche (aux dimensions limitées), Noé s’est contenté d’offrir l’hospitalité aux seules femelles de toutes les espèces - se chargeant lui-même, par la suite, de la reproduction. De cette expérience hors du commun (il faut dire que c’était pendant le Déluge), Noé a rapporté ces quelques notes : à la fois souvenirs de voyage, élégie amoureuse et manuel pratique. Zoophile contant fleurette peut donc se lire comme le palimpseste d’un texte disparu : celui qui établirait l’art et la manière de copuler avec toutes les espèces animales. Le lecteur trouvera dans ce livre 99 bêtes de toutes les formes et toutes les tailles, épinglées dans un certain ordre. Elles lui procureront un exercice salutaire pour ses zygomatiques, si peu sollicités de nos jours. Notre époque aurait besoin d’une nouvelle arche et d’un nouveau Noé pour sauver du déluge médiatico-médiocre une langue inventive, intelligente et cinglante, une langue procréatrice capable de rendre aux hommes ce qui leur est propre : le rire.

Ces deux livres sont présentés dans la collection « Texte au carré » : une nouvelle, une préface par un autre écrivain, une couverture entièrement illustrée.

Merci de nous faire part de vos remarques afin d’améliorer ensemble les conditions d’existence d’une littérature de création.

Cadex est aussi sur Facebook.

Cadex Éditions - 19 rue en Quissé - Russan - 30 190 Sainte-Anastasie

tél/Fax 04 66 22 47 74

cadex@cadex-editions.net

P.-S.

Une nuit qui en aurait contenu mille, presque belle. Et tandis qu’elle avançait et qu’ils se parlaient, George savait que des nuits comme ça, ils n’en auraient plus. Ils avaient l’air de prendre une dernière inspiration, de se remplir d’air une dernière fois avant de s’enfoncer dans l’eau profonde que serait leur monde au réveil.
- La Source de Hubert Mingarelli

L’autruche : bien sûr, un certain athlétisme, soixante-dix kilomètres-heure, des coups de pattes à décapiter un jeune tigre : mais toutes ces plumes, toutes ces plumes, et là-dessous un vrai boudoir de coquette, un confort fin-de-siècle - enfin, une fois chose faite, l’idée saugrenue d’avoir fécondé un œuf de la taille d’un globe.
- Zoophile contant fleurette de Pierre Senges

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Mais laisser la pensée ouverte, n’est-ce pas toujours préférer le désarroi ? »
Christian Prigent
Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas

Corps antérieur Parfois La Ville est mosaïque Où patiente la lumière La Couleur tensive Colomb, Cortez & Cie Le Réel Villégiatures & Cie Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) Le Soleil oiseleur Bavard au cheval mort et compagnie À la queue leu leu / The Line (édition bilingue) Sillages Carnets respiratoires L’Or de l’air Mobilis in mobilier Un oursin Toro Chambre de feuilles Dits d’elle C’est papa qui conduit le train Ombres classées sans suite Marie-Gasparine Une clarté de passage Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Course libre L’Enceinte Le Chat Dans la présente abjection des mondes La Belle vitesse