Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Lionel Bourg

Publication 1995
Ouvrage épuisé

Al dente (de l'amour, du poème et des spaghetti), Lionel Bourg, pamphlet, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 1995, 7.50€, ISBN : 2.905910.61.5

Présentation

Al dente !

C’est avec ce cri, lequel balance entre l’invective guerrière et l’exhortation à un prompt ralliement, qu’il m’arrive d’apostropher les deux ou trois convives qui, venus partager la pâte et le vin en ma tanière, se prélassent de discussions oiseuses en algarades apéritives, sirotant l’un le détestable whisky du poète un peu snob, l’autre un quelconque porto, le troisième enfin, à l’écart des débats, la dose réglementaire du pastis des familles qu’une larme d’orgeat fait accéder au statut exotique, vaguement trouble à l’évidence, de mauresque. On l’a deviné, tout à mes occupations de maître-queux, relégué dans l’antre d’une cuisine dont au demeurant j’interdis l’accès, surveillant la cuisson des spaghetti, le mijotage de la sauce (...), mobilisé par ma tâche et monopolisant le privilège d’en cours d’élaboration goûter l’affriolante décoction du Grand Œuvre, je ne pers pas le nord pour autant et participe en solitaire aux réjouissances générales, un verre à portée de main, où la robe jaune de cette satanée mauresque virevolte et m’aguiche.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« oui
chacun
s’inquiétait
de
la
bonne
moralité
de
la
queue »
Raymond Federman
À la queue leu leu

L’auteur

La Collection

La Close Encre Le Chant du destin Triptike Banlieue nord Chroniques d’un promeneur assis Les Explorateurs Rire parmi les hirondelles Fragments d’une ville fantôme En herbe Carnets du jardin de la Madeleine Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Les Mots d’Alice L’Or de l’air L’Errance, la dérive, la trace La Belle vitesse Erratiques La Langue au chat La Momie de Roland Barthes La Nuit du libertin Quatre écoutes du tonnerre Un cri Mobilis in mobilier La Mort de Woyzeck L’Œuvre au Nord La Couleur tensive Tiens bon la rampe Pays simple Rien qui porte un nom L’Absent