Capitaine des myrtilles Daniel Biga

Ouvrage épuisé

Capitaine des myrtilles, Daniel Biga, illustrations de Kélig Hayel, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 2003, ISBN : 9782840311515

Présentation

Capitaine des Myrtilles, magiquement illustré par Kélig Hayel, est une anthologie éclectique de poèmes de diverses formes (vers libres, petits poèmes en prose, anamnèses, slogans et autres) et tonalités (émotions, comptines, jeux, humour) choisis dans divers recueils du poète.

Cet univers poétique est à rapprocher de celui de James Sacré Anacoluptères (Tarabuste) ou de Jean Pascal Dubost C’est corbeau (Cheyne).

S’il est lisible par tous avec profit, Capitaine des Myrtilles est spécialement destiné et recommandé aux “lecteurs à à partir de cinq ans et jusqu’à plus que centenaires”.

Ce livre a été recommandé par l’éducation nationale pour les enfants du 3ème cycle.

Extrait

Et moi aussi
j’ai été huissier des chants
appariteur des couleurs
berger d’enfants
et instituteur des caprins et ovins
j’ai été ingénieur des bétons et bitumes
manœuvre des dossiers et paperasses
j’ai eu une chaire associée de docteur du cœur
et de pharmacien des âmes
mais c’est toujours jardinier de fourmis et scarabées
brocanteur des mûres et chanterelles
troisième classe des eaux et forêts
que j’ai été parfaitement à l’aise
comme le gardon dans son élément
car il n’y a pas un paysage pas une vie végétale
pas une plante au monde
dont je ne me sois jamais senti l’étranger

mais que dirai-je de l’homme ?

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Maintenant, voici venu pour moi le temps de me décider à faire retour en arrière, de tenter de trousser congrûment quelque chose à ma guise, une sorte d’écriture pure de tout sens civique. Le besoin est sans doute inscrit dans les gènes : pressentiment reptilien que tout disparaîtra d’un coup.
Dany, Piteur, Olivier, il n’y a plus au monde une seule trace d’eux. Tout ce qui reste est en moi. »
Sylvain Fourcassié
Les Madones du trottoir

L’auteur

Le plasticien

La Collection

L’Oiseau de nulle part Pour apprendre la paix à nos enfants La Halte belge Résidences secondaires L’Existence poétique Premières poésies (1950-1955) Pays simple L’Œil tourné Les Mots d’Alice Encre Fragments du solstice La Mort est en feu Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives La Langue et ses monstres La Ville est mosaïque La poésie est facile Monsieur l’évêque avec ou sans mitre Casanova et la belle Montpelliéraine La Langue au chat Des sourires et des pommes Fragments d’un désastre Toro L’Or de l’air Le Jour se lève encore La Chambre bouleversée Des garous et des loups Le Pôle magnétique Solaire Des rêves au fond des fleurs Toboggans des maisons