Encyclopédie cyclothymique Pierre Peuchmaurd

Publication 2001
23,00 EUR (21,80 EUR HT)

Encyclopédie cyclothymique, Pierre Peuchmaurd, encyclopédie surréaliste, 26 vignettes de Jean-Pierre Paraggio, coll. David, 15x21,5 cm, 272 p., 2001, ISBN : 2.913388.18.3

Présentation

ABSOLU - BAISER - COMME - DORMIR - ÉMEUTE - FESTIN - GÉNIE - HORIZON - IDOLE - JEUNESSE - KALÉIDOSCOPE - LUXE - MAL - NATURE - OMBRE - PEUR - QUELQUEFOIS - RAISON - SILENCE - TRAVAIL - UMOUR - VITE - WESTERN - X - YEUX - ZOO

Vingt-six mots pour dire un sentiment du monde, à travers 1000 citations de 450 auteurs.

À l’origine de cette encyclopédie, exemple d’ « ordre individuel du désordre collectif », selon l’expression de Malcolm de Chazal, il y a un projet de groupe surréaliste au début des années 1970. Pierre Peuchmaurd, l’un des initiateurs, l’a seul mené à bien, trente années durant.

Ni palmarès, ni anthologie, ce livre se présente en définitive comme un jeu solitaire ouvert à tous. Contre la pensée raccourcie, il propose un raccourci de pensée dans un étirement du temps et du songe. Une boussole pour aller nulle part.

Extrait

ÉMEUTE
Émeute (n). Divertissement populaire offert à l’armée par des spectateurs innocents. (Ambrose Bierce)
La fatigue, l’espoir semant des barricades. (Petrus Borel)
La révolution, ce sont les roses qui prennent feu. (Saint-Pol-Roux)
Mes parents ayant quitté le dîner avant la fin et moi étant seul à la fenêtre de la salle à manger, ou plutôt à la fenêtre d’une chambre donnant sur la Grande Rue, je vis une vieille femme qui, tenant à la main ses vieux souliers, criait de toutes ses forces : « Je me révorte ! je me révorte ! » (Stendhal)
Les moments de crise produisent un redoublement de vie chez les hommes (...)le choc du passé et de l’avenir, le mélange des moeurs anciennes et des mœurs nouvelles, forment une combinaison transitoire qui ne laisse pas un moment d’ennui (...) le genre humain en vacances se promène dans la rue. (Chateaubriand)
que chacun sache bien qu’avec un si beau temps
le plus fin des plaisirs est une révolution (Basile Sainte-Croix)

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Dans trente ans maximum, ce serait l’hospice, car sans femme ni enfants, qui s’occuperait du vieillard libidineux que je serais devenu ? Est-ce que je baverais sur les infirmières ? Allongé dans mon cercueil, est-ce que je banderais encore ? »
Christian Garcin
Circé ou Une agonie d’insecte

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Banlieue nord L’Œil tourné Le Taureau, la rose, un poème Erratiques L’Etoffe des Corps Chambre de feuilles Circé ou Une agonie d’insecte Encyclopédie cyclothymique Pleine lucarne En herbe Le Pôle magnétique Petit Traité d’éducation lubrique (édition 2010) Le Réel La poésie est facile Marie-Gasparine L’Ordinaire, la métaphysique La Nuit du libertin La Halte belge Premières poésies (1950-1955) L’Absent Nuitamment Un habitué des courants d’air Poèmes et lettres d’amour La Toile de la foraine - Lyon : portrait C’est l’Eté Le Loir atlantique Dans les jardins mouillés Sillages Stilb suivi de Iréniques Le Jour se lève encore