Erratiques Jean-Claude Hauc

Publication 1985
Ouvrage épuisé

Erratiques, Jean-Claude Hauc, récits, frontispice de Serge Lunal, préface de Dominique-Gilbert Laporte, coll. L'Ostiaque, 21x14 cm, 96 p., 1985, épuisé.

Présentation

Premier livre publié chez Cadex...

Jean-Claude Hauc nous a habitué à la cassure. A la phrase rompue, celle qui cède par trop de tension. Il nous avait également habitué, notamment dans Roman du plus mort que vif, à une intrication entre récit et écriture en tant qu’expérience. Il semble cependant qu’il ne soit jamais allé aussi loin dans cette dérive de la phrase, dans la « balance » entre l’aventure personnelle et l’aventure parodique ; dans les moyens mis en œuvre pour remuer l’inconscient, en sorte que l’écriture d’Erratiques interpelle ceux de la psychanalyse.

- Patrick Beurard, « Les mots agissent » (extrait) in Impressions du Sud, 1986.

Extrait

Chez certains d’entre eux, l’écriture changeait quand ils changeaient de personnalité. Pourtant, c’était toujours au fond la même écriture - elle ne changeait que dans quelques caractéristiques, devenait plus faible ou plus molle. Dans ce cas, c’était l’écriture d’une personne complètement différente... Elle me demanda alors de lui raconter des histoires. Je lui dis celle, inquiétante, de ces deux personnages. Et je refais le saut dans le gouffre sans fond de ma mémoire. J’écarte d’un geste des souvenirs que je juge présentement inutiles. Je dois aller plus loin, ne pas me contenter de ce qui s’impose à moi sans que je l’aie désiré. Mais bien sûr je ne suis le maître de rien.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Afin de prévenir la satiété et le déclin libidinal qui lui est associé, enfermez votre partenaire dans une cave pendant quarante jours et quarante nuits. Il en sortira affamé. Le conseil est donné par Plutarque lui-même.
Le tout est de disposer d’une cave. »
Lydie Salvayre
Petit traité d’éducation lubrique

L’auteur

Le plasticien

Fragments d’une ville fantôme La Chambre bouleversée gLoire(s) Course libre Chants de la tombée des jours Ouverture du cri Les Chiens du vent Insensément ton corps Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Les Macchabs vites Le Soleil oiseleur C’est des poèmes ? La Nuit du libertin L’Homme traversé Rien qu’une ombre inventée La Belle vitesse Dans la présente abjection des mondes Non lieu provisoire Le Perron Poèmes poids plume La Halte belge Un cri Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) La Mort est en feu Premières poésies (1950-1955) Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances Des étoiles sur les genoux Où patiente la lumière Vladivostok, aller simple Le Chant du destin