Erratiques Jean-Claude Hauc

Publication 1985
Ouvrage épuisé

Erratiques, Jean-Claude Hauc, récits, frontispice de Serge Lunal, préface de Dominique-Gilbert Laporte, coll. L'Ostiaque, 21x14 cm, 96 p., 1985, épuisé.

Présentation

Premier livre publié chez Cadex...

Jean-Claude Hauc nous a habitué à la cassure. A la phrase rompue, celle qui cède par trop de tension. Il nous avait également habitué, notamment dans Roman du plus mort que vif, à une intrication entre récit et écriture en tant qu’expérience. Il semble cependant qu’il ne soit jamais allé aussi loin dans cette dérive de la phrase, dans la « balance » entre l’aventure personnelle et l’aventure parodique ; dans les moyens mis en œuvre pour remuer l’inconscient, en sorte que l’écriture d’Erratiques interpelle ceux de la psychanalyse.

- Patrick Beurard, « Les mots agissent » (extrait) in Impressions du Sud, 1986.

Extrait

Chez certains d’entre eux, l’écriture changeait quand ils changeaient de personnalité. Pourtant, c’était toujours au fond la même écriture - elle ne changeait que dans quelques caractéristiques, devenait plus faible ou plus molle. Dans ce cas, c’était l’écriture d’une personne complètement différente... Elle me demanda alors de lui raconter des histoires. Je lui dis celle, inquiétante, de ces deux personnages. Et je refais le saut dans le gouffre sans fond de ma mémoire. J’écarte d’un geste des souvenirs que je juge présentement inutiles. Je dois aller plus loin, ne pas me contenter de ce qui s’impose à moi sans que je l’aie désiré. Mais bien sûr je ne suis le maître de rien.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« C’est une émeute, avait dit l’un des hommes. Un soulèvement populaire, avait ajouté l’autre. Les carabiniers du village avaient fini par se décider à venir voir ce qui se passait. Ils avaient aidé les deux hommes à remonter dans leur autocar qui s’était enfui. À Santa Maria di Momentana, les maçons avaient achevé de monter le mur de briques. La Madonna était cloîtrée, hiératique. En bas, trois femmes caressaient l’enfant sous la robe qui frémissait. Le printemps était là en cette année 1944. »
Michaël Glück
L’Enceinte

L’auteur

Le plasticien

Pour apprendre la paix à nos enfants Petites proses voyageuses Petits bonheurs Capitaine des myrtilles L’Ombre nue Si petits les oiseaux L’Enceinte Carnets du jardin de la Madeleine Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Erratiques Où patiente la lumière Variations sur des carnets Ciel inversé 1 Mange-Matin Couleur jardin Parfois Tu me libellules Matière du temps 2 Fragments d’une ville fantôme Carnets des solitudes Stabat Mater Quatre écoutes du tonnerre Valleuse L’Absent Avant les monstres Arènes 42 33 Voix Dits d’elle Maélo Insensément ton corps