Erratiques Jean-Claude Hauc

Publication 1985
Ouvrage épuisé

Erratiques, Jean-Claude Hauc, récits, frontispice de Serge Lunal, préface de Dominique-Gilbert Laporte, coll. L'Ostiaque, 21x14 cm, 96 p., 1985, épuisé.

Présentation

Premier livre publié chez Cadex...

Jean-Claude Hauc nous a habitué à la cassure. A la phrase rompue, celle qui cède par trop de tension. Il nous avait également habitué, notamment dans Roman du plus mort que vif, à une intrication entre récit et écriture en tant qu’expérience. Il semble cependant qu’il ne soit jamais allé aussi loin dans cette dérive de la phrase, dans la « balance » entre l’aventure personnelle et l’aventure parodique ; dans les moyens mis en œuvre pour remuer l’inconscient, en sorte que l’écriture d’Erratiques interpelle ceux de la psychanalyse.

- Patrick Beurard, « Les mots agissent » (extrait) in Impressions du Sud, 1986.

Extrait

Chez certains d’entre eux, l’écriture changeait quand ils changeaient de personnalité. Pourtant, c’était toujours au fond la même écriture - elle ne changeait que dans quelques caractéristiques, devenait plus faible ou plus molle. Dans ce cas, c’était l’écriture d’une personne complètement différente... Elle me demanda alors de lui raconter des histoires. Je lui dis celle, inquiétante, de ces deux personnages. Et je refais le saut dans le gouffre sans fond de ma mémoire. J’écarte d’un geste des souvenirs que je juge présentement inutiles. Je dois aller plus loin, ne pas me contenter de ce qui s’impose à moi sans que je l’aie désiré. Mais bien sûr je ne suis le maître de rien.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Franck, Victorine et leurs enfants sont présentés devant le juge. La présence des enfants émeut tout le monde, jusqu’aux policiers de la PAF, dont l’un fait jouer Shanee, trois ans, avec l’étui de son pistolet. Le même fabrique des avions en papier dans le hall du tribunal pour la petite fille et répète, alors que je porte l’enfant dans mes bras et la berce : c’est une honte de voir ça, comment on traite les gens. Aujourd’hui, 16 septembre, Franck est parti au Congo. »
Marie Cosnay
Entre chagrin et néant

L’auteur

Le plasticien

Des étoiles sur les genoux Opéré bouffe Bavard au cheval mort et compagnie Le Bel aujourd’hui L’Enfance est mon pays natal Un rossignol sur le balcon Le Pôle magnétique Banlieue nord Pour mon ours blanc Carnets respiratoires L’Impossible Manque Ciel inversé 1 Le Sentiment de la nature Où patiente la lumière Tacatam Blues Ombres classées sans suite L’Etoffe des Corps Sillages L’Errance, la dérive, la trace Arènes 42 La Tombe d’un jeu d’enfant Colomb, Cortez & Cie Maélo Fidèles félidés Des garous et des loups La Poignée de porte Profondeur du champ de vol Le Taureau, la rose, un poème Lavoir de toutes les couleurs La Peur et son éclat