Journal de l’homme arrêté Jean-Claude Hauc

Publication 1991
11,50 EUR (10,90 EUR HT)

Journal de l'homme arrêté, Jean-Claude Hauc, nouvelle, 23 collages de Jacques Almerge, coll. Marine, 15x21,5 cm, 72 p., 1991, ISBN : 2.905910.32.1

Présentation

Dans son Journal de l’homme arrêté, Jean-Claude Hauc met en scène un homme d’une quarantaine d’années, vaguement prof de lettres et obstinément écrivain, gourmand de femmes et de séduction, venu passer quelques jours de repos dans la vieille maison familiale du midi de la France [...]. Et puis, sortent d’une malle le livret militaire, quelques photos jaunies et une carte postale du grand-oncle Hector mort à 20 ans, pendant la Grande Guerre, là-bas en Serbie. C’est à ce moment-là que le récit prend sa force et sa beauté, matériellement aussi, puisque le livre, composé et mis en pages avec bonheur, s’orne de fragments de la carte postale et des photos de l’oncle Hector. Agrémenté de jambes d’athlètes en pleine course. Parce que, en plus, Hector était champion de course à pied [...]. En quelques enjambées l’oncle, coureur de demi-fond, a rattrapé le neveu, coureur de jupons. Même allure, même style. Pourtant Hector n’a pas couru assez vite. Il venait de ramasser un camarade blessé : « A cet âge, on s’imagine facilement pouvoir devenir un héros. On porte les autres sur son dos ». Mais, par fiction interposée, il ramène son neveu dans la vraie vie.

- Jean Debernard, « Le courrier du coureur » (extrait) in Midi Libre, 1992.

Extrait

Est-il bien concevable qu’un seul événement puisse ainsi traverser les années, voyager tout le long de la chaîne des générations et venir atteindre celui qui se croyait à l’abri des rages du destin ? J’entends l’écho de la détonation d’un fusil germano-bulgare qui roule de lieu en lieu, par delà les montagnes et les mers. Mon cerveau explose sous le choc. Je suis l’homme arrêté, foudroyé. Ecrasé sous le poids des lignées culbutées. Le côté paysan hérité de mon grand-père ne me sert à rien dans le tourbillon d’insignifiance où s’enlise ma vie. Tous mes talents ne sont que de sales manies. Chaque nouvelle rencontre se solde par un désastre.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Mais laisser la pensée ouverte, n’est-ce pas toujours préférer le désarroi ? »
Christian Prigent
Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Une voix pour Orphée Entre chagrin et néant (audiences d’étrangers) Circé ou Une agonie d’insecte Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Tacatam Blues L’Etoffe des Corps Coquerets et coquerelles Le Perron Un cri Dans la présente abjection des mondes La Liesse populaire en France Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Insensément ton corps Variations sur des carnets Toboggans des maisons Dans le vent du chemin Chants de la tombée des jours Dits d’elle Mi-ville mi-raisin L’Impossible Manque Solaire C’est des poèmes ? Stabat Mater Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Le Pôle magnétique Les Visages et les voix La Toile de la foraine - Lyon : portrait Des étoiles sur les genoux gLoire(s) L’Italien