L’Enceinte Michaël Glück

Publication 16 juin 2010
7,50 EUR (7,11 EUR HT)

L'Enceinte, Michaël Glück, récit sur La Madonna del Parto de Piero della Francesca, coll. L'Anthrope, 12x16 cm, 36 p., 2010, ISBN : 978-2-913388-76-5 (réédition)

Présentation

Nous sommes en 1944 en Toscane. La guerre s’éloigne. À Monterchi, les femmes font opposition de leurs corps pour empêcher les autorités de prendre la Madone de Santa Maria di Momentana. Les hommes l’emmurent pour la protéger. Dix ans plus tard, le conseil municipal refuse que la fresque soit prêtée pour une exposition sur la Première Renaissance. Tout le village résiste. Chagall vient voir l’œuvre d’art, cette Madone enceinte peinte par Piero della Francesca. Michaël Glück, en trois mouvements, développe une réflexion sensible sur la place de l’art, la féminité, l’Histoire. Il met au jour cette énigme du corps qui est un corps autant qu’une pensée, et évoque une émotion qui vient du ventre.

Angèle Paoli présente L’Enceinte dans sa revue « littéraire, artistique & cap-corsaire » Terre de femmes.

Extrait

« Qu’est-ce qu’une œuvre d’art ? Qu’est-ce qu’une émotion esthétique ? Quand la porte de la Momentana s’ouvre sur ce baldaquin que deux anges jumeaux soulèvent et ouvrent sur la Vierge qui s’ouvre sur l’enfant à venir, le mot art, le mot esthétique restent sur le seuil. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Il y a des moyens, je les ai pratiqués, d’aider les rêves à prendre certaines tonalités désirées. »
François Salvaing
Un alibi de rêve

L’auteur

La Collection

Dans la présente abjection des mondes Fragments d’une ville fantôme Où qu’on va après ? L’Existence poétique L’Absent Pays simple Un oursin L’Impossible Manque Les Choses n’en font qu’à leur tête La Close Petit traité d’éducation lubrique Entrée en matière Des rêves au fond des fleurs Quatre écoutes du tonnerre La hulotte n’a pas de culotte Valleuse Le Chant du destin Résidences secondaires Petites proses voyageuses Un rossignol sur le balcon Opéré bouffe De purs désastres, édition aggravée C’est des poèmes ? Le Jour se lève encore La Langue au chat La Tombe d’un jeu d’enfant Mi-ville mi-raisin Monsieur l’évêque avec ou sans mitre Stilb suivi de Iréniques Les Montagnes du soir