L’Enfant sur la branche Luce Guilbaud

9,00 EUR (8,53 EUR HT)

L'Enfant sur la branche, Luce Guilbaud, illustrations de Fanny Millard, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 2008, ISBN : 9782840312338

Présentation

L’adoption d’un enfant dont la mère connaît tous les cris moins un, le premier. Enfant venu pour être aimé, s’il ne choisit pas ses parents, il choisit son arbre à rêves perchés.

Des poèmes sur le thème de l’enfance et des instants heureux partagés... sur l’adoption aussi et le bonheur d’être « adopté » par un enfant. La tristesse et l’espoir alternent au fil des pages. Les paysages de forêts aux arbres symboliques et réels se retrouvent dans les illustrations délicates aux couleurs d’automne.
- Notice du CNLJ-JPL.

Extrait

On bâtit des villes
des châteaux provisoires

des géographies multiples
à déchausser des géants

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Franck, Victorine et leurs enfants sont présentés devant le juge. La présence des enfants émeut tout le monde, jusqu’aux policiers de la PAF, dont l’un fait jouer Shanee, trois ans, avec l’étui de son pistolet. Le même fabrique des avions en papier dans le hall du tribunal pour la petite fille et répète, alors que je porte l’enfant dans mes bras et la berce : c’est une honte de voir ça, comment on traite les gens. Aujourd’hui, 16 septembre, Franck est parti au Congo. »
Marie Cosnay
Entre chagrin et néant

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Avant les monstres La Toile de la foraine - Lyon : portrait Animalimages Arènes 42 Rien qui porte un nom Erratiques Le Chat Fragments du solstice Tiens bon la rampe Mi-ville mi-raisin Monsieur l’évêque avec ou sans mitre Pleine lucarne Rire parmi les hirondelles Vladivostok, aller simple L’Indifférent Dans la présente abjection des mondes L’Homme traversé La hulotte n’a pas de culotte Musée de l’os et de l’eau L’Ordinaire, la métaphysique À la Dublineuse Crobards et mounièques Les Chiens du vent Ouverture du cri La poésie est facile Le Sens du toucher La Langue au chat Les Choses n’en font qu’à leur tête Des étoiles sur les genoux Le Pôle magnétique