L’Insu Guy Benoît

Publication 1991
9,50 EUR (9,00 EUR HT)

L'Insu, Guy Benoît, poèmes, 9 encres de Jacques Vimard, coll. Marine, 15x21.5 cm, 48 p., 1991, ISBN : 2.905910.26.7

Présentation

C’est à une poésie de l’arrachement que donne souffle L’Insu. Les vers, rares, griffent de leurs traces la surface plane de la page. Dans la déchirure qu’ils font, s’ouvre au creux du silence une expérience intime proche de la métaphysique. Celui dont on parle et qui parle aussi peut-être doit se sortir d’une glaciation des souvenirs, des pensées, de l’être : « l’esprit bloqué à l’indicatif passé, dans un labyrinthe de saisons froides, de sang caillé, de rétractions implacables ». La prose ici, vient soumettre les mots du poème à son impérieuse nécessité. On comprend alors que les vers se sont raréfiés comme l’air des profondeurs ou de l’altitude. Nommer, c’est respirer, difficilement, mais respirer encore et donner alors toutes ses chances à une vie où l’exaltation serait possible « jusqu’aux fastes de l’air. »
Face à cette poésie retenue, les encres de Jacques Vimard déploient leurs tensions dans une géographie de noirs et blancs qui sollicitent autant la contemplation que l’introspection. Et le livre alors offre plus d’un voyage intérieur à son lecteur.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« C’est une émeute, avait dit l’un des hommes. Un soulèvement populaire, avait ajouté l’autre. Les carabiniers du village avaient fini par se décider à venir voir ce qui se passait. Ils avaient aidé les deux hommes à remonter dans leur autocar qui s’était enfui. À Santa Maria di Momentana, les maçons avaient achevé de monter le mur de briques. La Madonna était cloîtrée, hiératique. En bas, trois femmes caressaient l’enfant sous la robe qui frémissait. Le printemps était là en cette année 1944. »
Michaël Glück
L’Enceinte

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Arènes 42 Course libre Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances À la queue leu leu / The Line (édition bilingue) Où patiente la lumière Un alibi de rêve Le Faraud séant Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Des rêves au fond des fleurs Dits d’elle Matière du temps 2 On disait Fragments d’une ville fantôme Les Explorateurs Mon chat son chien et le cochon du voisin L’Enfance est mon pays natal En herbe Fin’ Amor Le Chant du destin Carnets du jardin de la Madeleine Stabat Mater La Ville autour Animalimages Si petits les oiseaux L’Errance, la dérive, la trace Une cigale dans la tête La poésie est facile Lavoir de toutes les couleurs Profondeur du champ de vol