L’Insu Guy Benoît

Publication 1991
9,50 EUR (9,00 EUR HT)

L'Insu, Guy Benoît, poèmes, 9 encres de Jacques Vimard, coll. Marine, 15x21.5 cm, 48 p., 1991, ISBN : 2.905910.26.7

Présentation

C’est à une poésie de l’arrachement que donne souffle L’Insu. Les vers, rares, griffent de leurs traces la surface plane de la page. Dans la déchirure qu’ils font, s’ouvre au creux du silence une expérience intime proche de la métaphysique. Celui dont on parle et qui parle aussi peut-être doit se sortir d’une glaciation des souvenirs, des pensées, de l’être : « l’esprit bloqué à l’indicatif passé, dans un labyrinthe de saisons froides, de sang caillé, de rétractions implacables ». La prose ici, vient soumettre les mots du poème à son impérieuse nécessité. On comprend alors que les vers se sont raréfiés comme l’air des profondeurs ou de l’altitude. Nommer, c’est respirer, difficilement, mais respirer encore et donner alors toutes ses chances à une vie où l’exaltation serait possible « jusqu’aux fastes de l’air. »
Face à cette poésie retenue, les encres de Jacques Vimard déploient leurs tensions dans une géographie de noirs et blancs qui sollicitent autant la contemplation que l’introspection. Et le livre alors offre plus d’un voyage intérieur à son lecteur.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Ma culture se nourrit du livre de ta chair, et j’ai lu beaucoup dans le fond de tes gorges, dans ton dedans d’amour, descendant de délice en délice au délire des délires… »
Marcel Moreau
Insensément ton corps

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Rien qui porte un nom Presque le bonheur Le Perron L’Homme traversé Capitaine des myrtilles Si petits les oiseaux La Halte belge Fidèles félidés Pays simple Avant les monstres Rien qu’une ombre inventée Carnets du jardin de la Madeleine Une clarté de passage Un rossignol sur le balcon En toutes circonstances Petit traité d’éducation lubrique Des rêves au fond des fleurs Carnets respiratoires Maélo En avant l’enfanfare ! Profondeur du champ de vol L’Incomparable promenade Des sourires et des pommes Dits d’elle Non lieu provisoire Chants de la tombée des jours Une cigale dans la tête Parfois Des garous et des loups Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas