L’Insu Guy Benoît

Publication 1991
9,50 EUR (9,00 EUR HT)

L'Insu, Guy Benoît, poèmes, 9 encres de Jacques Vimard, coll. Marine, 15x21.5 cm, 48 p., 1991, ISBN : 2.905910.26.7

Présentation

C’est à une poésie de l’arrachement que donne souffle L’Insu. Les vers, rares, griffent de leurs traces la surface plane de la page. Dans la déchirure qu’ils font, s’ouvre au creux du silence une expérience intime proche de la métaphysique. Celui dont on parle et qui parle aussi peut-être doit se sortir d’une glaciation des souvenirs, des pensées, de l’être : « l’esprit bloqué à l’indicatif passé, dans un labyrinthe de saisons froides, de sang caillé, de rétractions implacables ». La prose ici, vient soumettre les mots du poème à son impérieuse nécessité. On comprend alors que les vers se sont raréfiés comme l’air des profondeurs ou de l’altitude. Nommer, c’est respirer, difficilement, mais respirer encore et donner alors toutes ses chances à une vie où l’exaltation serait possible « jusqu’aux fastes de l’air. »
Face à cette poésie retenue, les encres de Jacques Vimard déploient leurs tensions dans une géographie de noirs et blancs qui sollicitent autant la contemplation que l’introspection. Et le livre alors offre plus d’un voyage intérieur à son lecteur.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« La porte s’ouvre, un cardinal et un mannequin l’effleurent. Le coude de la jeune fille laisse une traînée de poudre sur sa manche renardée, c’est dimanche et pourtant les anges vomissent des arcs-en-ciel. Elle s’engouffre, presse le bouton 4. La porte s’ouvre, le silence l’affleure. »
Chloé Delaume
Sillages (Suite 411)

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Un cri L’Or de l’air Ouverture du cri Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime L’Imaginaire & Matières du seuil Dans les jardins mouillés Le Loir atlantique Corps antérieur Tiens bon la rampe L’Evolution des paysages Animalimages Stilb suivi de Iréniques Où patiente la lumière La Liesse populaire en France La Source Les Chiens du vent L’Errance, la dérive, la trace Des rêves au fond des fleurs La Couleur tensive L’Enceinte Vladivostok, aller simple Colomb, Cortez & Cie Fragments du solstice Dits d’elle Le Faraud séant Bavard au cheval mort et compagnie Le Soleil oiseleur Carnets du graphomane Goutte d’eau Premières poésies (1950-1955)