L’Ombre nue Lionel Bourg

Publication 2001
22,00 EUR (20,85 EUR HT)

L'Ombre nue, Lionel Bourg, journal tome 2 (1998/1999), coll. David, 15x21.5 cm, 256 p., 2001, ISBN : 2.905910.96.8

Présentation

L’ombre nue... Il paraîtra singulier d’intituler ainsi ce second tome de « mon » journal, écrire dénudant certes, l’ombre comme la lumière,, mais voilant aussitôt ce que son acte essaie de mettre à jour. Cette ombre donc - cette nuit ? - n’est ici nue que d’être l’irréductible obscurité qui souvent nous gouverne, et si celle du père, celle de la mère, si ma propre ombre enfin, projetée sur le monde qui du coup la digère, semblent dans ces pages beaucoup plus habillées qu’à l’intérieur de l’inaugural Dans le vent du chemin, sans doute est-ce parce que cette veture (l’analyse critique, le style, l’espèce de halètement ontologique d’exister), ne drape l’essentielle nudité qu’afin de mieux la révéler. Quant à ma pétition de principe, elle demeure : je suis un diariste athée.

L.B.

Extrait

Et si je lâchais tout ? Si je larguais une bonne fois pour toutes ces putains d’amarres ? Si j’envoyais chier et le monde et la littérature, mais totalement, sans retour possible, sans nostalgie des longues phrases sensuelles ; si je disais merde, merde, merde, à tout ça, qui me mange les tripes, merde aux uns et aux autres, eh ! vous, là-bas, je ne suis pas de votre bande, vous comprenez ? pas de vos crevures de copains-parents-relations-amis, merde, merde, assez, au large, bye bye Johnny, good bye Johnny be good...
Comme tout cela m’épuise !

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« oui
chacun
s’inquiétait
de
la
bonne
moralité
de
la
queue »
Raymond Federman
À la queue leu leu

L’auteur

La Collection

Matière du temps 2 Tacatam Blues La Tombe d’un jeu d’enfant C’est papa qui conduit le train Rire parmi les hirondelles Toro Poèmes et lettres d’amour Les Explorateurs Ouverture du cri Tectonique des femmes Les Chiens du vent Des sourires et des pommes Entrée en matière Insensément ton corps L’Or de l’air Variations sur des carnets L’Ordinaire, la métaphysique Coquerets et coquerelles Le Faraud séant Avant les monstres La Ville est mosaïque Les Eaux noires L’Œuvre au Nord Le Bec de la plume Lavoir de toutes les couleurs Un éditeur... Voilà ! Chants de la tombée des jours Zoophile contant fleurette L’Œil tourné Le Réel