La Liesse populaire en France Lionel Bourg

Publication 1998
7,50 EUR (7,11 EUR HT)

La Liesse populaire en France, Lionel Bourg, essai, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 1998, ISBN : 2.905910.96.8

Présentation

Dans ce petit livre, Lionel Bourg s’interroge sur la place qu’a tenu l’immense liesse populaire du 12 juillet 1998 après la victoire de l’équipe de France de football en Coupe du Monde. Ou, plus exactement, il ne s’interroge pas : il vitupère, dénonce, montre. Adepte du pamphlet ou du journal de la colère, Lionel Bourg ici replace l’événement sportif dans la torpeur mortifère qu’impose le capitalisme. À une France qui s’ennuit, c’est une joie opportune qui est offerte. L’amateur de football qu’est Lionel Bourg, n’en est pas moins lucide : la victoire fêtée fut celle de la frilosité.
Furibard comme on l’aime, dénonciateur des dominations d’aujourd’hui et des mensonges d’hier (ah le joli portrait de Cohn Bendit !) Lionel Bourg réveille les esprits. On en a bien besoin.

Extrait

N’en déplaise aux clichés (encore un effort, nous y sommes presque !), le capitalisme n’est pas un coureur cycliste, fût-il bourré d’hormones de croissance, qui ferait du sur-place avant le sprint final avec la révolution prolétarienne. Sa fermentation, toute macabre qu’elle soit, n’a rien de statique. Crevant de ne pas crever, il réussit, ou feint la réussite, de son coup le plus audacieux, réalisant en négatif le programme communiste.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« les persiennes déplient un air d’accordéon dans l’éventail des jours
danser les matins de réveillon demeure accessoire »
Amandine Marembert
Toboggans des maisons

L’auteur

La Collection

Marie-Gasparine La Liesse populaire en France La Halte belge L’Etoffe des Corps Dans les jardins mouillés Le Vent du dehors Mon chat son chien et le cochon du voisin Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Les Chiens du vent Des étoiles sur les genoux La Chambre bouleversée Le Barillet : variations dramatiques T2 L’Oiseau de nulle part Rien qui porte un nom Dans la présente abjection des mondes La Mort est en feu Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Ouverture du cri Chair de Sienne Toro Autobiographie d’un autre Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Le Perron Pleine lucarne Les Choses n’en font qu’à leur tête Entrée en matière Une cigale dans la tête Les Montagnes du soir Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova Fragments du solstice