Actualité Lecture de Montagnes du soir de Lionel Bourg les 15 et 16 novembre à Chartres et Romorantin

, par Hélène Boinard


« L’Éclaircie », « lecture à vue basse et à voix haute » du chapitre premier du livre Les montagnes du soir de Lionel Bourg illustré par Bruno Danjoux. Lors de cette lecture, Bruno Danjoux danse et peint, cette fois-ci dans un plus grand format, ce mouvement de correspondance. « Il ne s’agit en aucun cas d’exposer la mal voyance mais plutôt d’instaurer un état sensible propre au recevoir. Comme pour le livre, cette danse-peinture n’a pas pour fonction de redoubler le discours, ni de le décorer, ni de supplanter une dose de rêverie à celui qui ne peut le faire avec les mots mais de créer des ponts, de s’appuyer sur le texte, de l’user, de le cureter, de »forer des trous" à la surface du langage pour que l’œil se retourne et qu’apparaisse enfin un autre, visible en soi, éclaircie silencieuse et audible ». À l’Apostrophe, Médiathèque de Chartres, le jeudi 15 novembre à 15h (pour les scolaires) et 17h45 (tout public) : entrée libre ( au 1, boulevard Maurice Viollette) sur réservation auprès de l’association Danse au cœur : 02 37 36 42 68 ou danse.au.coeur@wanadoo.fr. Cette performance est organisée en partenariat avec Culture O Centre et la Halle aux grains - Scène nationale de Blois. À la Médiathèque municipale Jacques Thyraud de Romorantin-Lanthenay, le vendredi à 15h (pour les scolaires) et 18h30 (tout public) : entrée libre au 20, faubourg Saint-Roch.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« C’est une émeute, avait dit l’un des hommes. Un soulèvement populaire, avait ajouté l’autre. Les carabiniers du village avaient fini par se décider à venir voir ce qui se passait. Ils avaient aidé les deux hommes à remonter dans leur autocar qui s’était enfui. À Santa Maria di Momentana, les maçons avaient achevé de monter le mur de briques. La Madonna était cloîtrée, hiératique. En bas, trois femmes caressaient l’enfant sous la robe qui frémissait. Le printemps était là en cette année 1944. »
Michaël Glück
L’Enceinte

Un oursin L’Impossible Manque Parfois Chants de la tombée des jours C’est l’Eté Le Bec de la plume Maélo L’Œil tourné Le Bel aujourd’hui Carnets des solitudes Insensément ton corps À la Dublineuse Le Taureau, la rose, un poème Entrée en matière Dits d’elle Un alibi de rêve Colomb, Cortez & Cie Animalimages L’Enfant sur la branche Les Mots d’Alice Capitaine des myrtilles Matière du temps 2 En toutes circonstances Triptike Solaire Fragments d’un meurtre On disait Des étoiles sur les genoux Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances Corps antérieur