Nouvautés

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

Circé ou Une agonie d’insecte Chambre de feuilles Des rêves au fond des fleurs Rire parmi les hirondelles Animalimages La Chambre bouleversée Le Faraud séant Lavoir de toutes les couleurs Le Bec de la plume La Liesse populaire en France Des sourires et des pommes Rien qui porte un nom Marie-Gasparine Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas La Momie de Roland Barthes Matière du temps 2 La Langue et ses monstres L’Enfance est mon pays natal Ombres classées sans suite Le Vingt-deux octobre Si petits les oiseaux La Traversée des grandes eaux Un cri Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Encyclopédie cyclothymique Le Vent du dehors La Source L’Evolution des paysages Le Taureau, la rose, un poème