Actualité Raymond Federman nous offre sa tournée !

, par Hélène Boinard


Raymond Federman quitte bientôt sa Californie pour une tournée en France : il fera escale à Paris, Rennes, Marseille, Bordeaux, et Nantes. L’occasion de découvrir, ou redécouvrir, l’auteur de À la queue leu leu / The Line, et d’assister à une lecture forcément captivante !
- Paris, le 21 avril 2009 : « En compagnie de Raymond Federman », suite à la parution de Raymond Federman hors limites chez Argol ; entretien avec Marie Delvigne. À 20 h au Reid Hall, 4 rue de Chevreuse, 75006 Paris. Contact/réservations : Catherine Flohic, au 01.43.29.96.32.
- Paris, le 22 avril : « Raymond Federman aux Revues Parlées : lecture performance », avec François Jeanneau, saxophoniste ; lecture d’extraits de Chut (éd. Léo Scheer). À 19 h 30 au Centre Pompidou, place Georges Pompidou (rue Saint-Martin).
- Rennes, le 23 avril : « dîner poétique » avec Raymond Federman et Jérôme Gontier. À 19h au Triangle, boulevard de Yougoslavie (M° : station Triangle). Entrée 5 €.
- Marseille, le 24 avril : rencontre avec Raymond Federman au Centre International de Poésie Marseille ; présentation de la collection Laureli. À 19h au cipM, centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité.
- Marseille, le 25 avril : invitation à Montévidéo : à 20h30 au 3, impasse Montévidéo, 13006 Marseille.
- Bordeaux, le 28 avril : rencontre avec Marie Delvigne et Catherine Flohic autour de Raymond Federman hors limites (éd. Argol) à la librairie Mollat. Un autoportrait, vif, enjoué et sérieusement littéraire ! À 18h au 15, rue Vital-Carles.
- Nantes, le 29 avril : discussion avec Laure Limongi dans le cadre de « l’Université Pop ». À 19h au salon de musique du Lieu Unique, 2 rue de la biscuiterie (quai Ferdinant Favre).
- Nantes, le 30 avril : Raymond Federman et François Jeanneau, lecture-concert au Pannonica (programmation de la Maison de la Poésie de Nantes). À 19h30 au 9 rue Basse-Porte, Nantes - Talensac. Rens. 02 40 69 22 32.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Aucun visage ne paraissait jamais aux wagons. Le train bleu n’avait pas de fenêtres.
La glace voilait tout. »
Pierre Cendors
Le Voyageur sans voyage

gLoire(s) Les Explorateurs L’Existence poétique C’est papa qui conduit le train Billet pour le Pays doré Corps antérieur Tu me libellules Triptike L’Or de l’air Le Sentiment de la nature Labyrinthe La Couleur tensive Le Perron Stilb suivi de Iréniques Un cri Le Bec de la plume Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Premières poésies (1950-1955) L’Incomparable promenade Banlieue nord La Ville autour Le Congrès d’automne L’Alimentation générale de Tombouctou En toutes circonstances Capitaine des myrtilles L’Ourlet du ciel Fragments d’une ville fantôme La Poignée de porte Monsieur l’évêque avec ou sans mitre Matière du temps 1