Actualité Soirée « Côté jardin » pour fêter Cadex à Sainte-Anastasie (Gard) le 9 août

, par Hélène Boinard


Travailleuses, travailleurs, heureux vacanciers : vous avez besoin de décompresser ? Nous vous attendons jeudi prochain pour une soirée « portes ouvertes », chez nous ! Venez rencontrer nos amis écrivains, plasticiens, éditeurs, lecteurs, et nos voisins de Sainte-Anastasie et alentour, et fêtons ensemble Cadex, dans le jardin... Au programme : lectures (poésie, nouvelles), dédicaces, exposition, dégustations de vins, apéritif, et joyeuses discussions ! L’occasion idéale de rencontrer Pierre Autin-Grenier, Jean-Pierre Bobillot, Jacques Brémond, Dominique Fabre, Jean-Claude Hauc, Patrick Laupin, René Pons, James Sacré, Serge Lunal...
L’occasion, également, de découvrir notre village et ses falaises, son Gardon (à sec !), de visiter la région (nous sommes à 15 mn de Nîmes). De 18 h à 21 h, entrée libre. Éditions Cadex : 19, rue d’En Quissé - Hameau de Russan - 30 190 Sainte-Anastasie (dernière rue à gauche avant le pont). Attention : manifestation annulée en cas d’intempéries. Rens. 04 66 22 47 74 ou cadex@cadex-editions.net.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Dans trente ans maximum, ce serait l’hospice, car sans femme ni enfants, qui s’occuperait du vieillard libidineux que je serais devenu ? Est-ce que je baverais sur les infirmières ? Allongé dans mon cercueil, est-ce que je banderais encore ? »
Christian Garcin
Circé ou Une agonie d’insecte

L’Ordinaire, la métaphysique Mi-ville mi-raisin L’Impatience Dans les jardins mouillés La Tombe d’un jeu d’enfant L’Evolution des paysages La Toile de la foraine - Lyon : portrait Un habitué des courants d’air Le Voyageur sans voyage Un alibi de rêve Ciel inversé 1 Ils Circé ou Une agonie d’insecte Carnets du graphomane On disait La Couleur tensive De purs désastres, édition aggravée La Close C’est l’Eté Labyrinthe L’Alimentation générale de Tombouctou Où qu’on va après ? Arènes 42 Avant les monstres Le Soleil oiseleur L’Or de l’air En toutes circonstances C’est papa qui conduit le train Maélo Bavard au cheval mort et compagnie