Actualité Une phrase pour ma mère de Christian Prigent à Avignon du 7 au 29 juillet

, par Hélène Boinard


La compagnie Labyrinthes présente “Une phrase pour ma mère”, lamento-bouffe avec Jean-Marc Bourg, au Théâtre des Halles à 22h30 (relâche les lundis). Nous avons vu le spectacle, à ne rater sous aucun prétexte ! Une “phrase” unique, ressassée, scandée de refrains obsessionnels, trouée d’apartés réflexifs et de digressions, s’enroule en un long lamento-bouffe. Son mouvement tente de régler le compte des désirs, des angoisses et des chagrins voués à la figure tutélaire de la mère. Rencontre sous le cèdre avec Christian Prigent le mardi 18 juillet à 11h (lectures, discussion). Tarifs 8 / 12 €, réservations 04 90 85 52 57. Durée du spectacle :
1 h. Contact compagnie 04 67 60 88 93

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« On disait
que c’était avant la buée sur les vitres,
que c’était avant la neige sur les trottoirs,
que c’était avant les crêpes qu’on enroule
et avant les histoires du soir. »
Pascal Leclercq
On disait

L’Œuvre au Nord Encyclopédie cyclothymique Premières poésies (1950-1955) L’Enceinte Fidèles félidés Carnets des solitudes L’Indifférent L’Errance, la dérive, la trace L’Italien Rimbaud, la tentation du soleil Le Bec de la plume Mobilis in mobilier Où patiente la lumière Marie-Gasparine En avant l’enfanfare ! L’Existence poétique C’est des poèmes ? Des rêves au fond des fleurs Ciel inversé 2 La Mort est en feu Un alibi de rêve L’Imaginaire & Matières du seuil Fragments d’un désastre Un habitué des courants d’air La Traversée des grandes eaux Un cri Les Choses n’en font qu’à leur tête Chants de la tombée des jours Billet pour le Pays doré C’est papa qui conduit le train