Actualité « Une phrase pour ma mère » de Christian Prigent jouée à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) le 22 janvier

, par Hélène Boinard


Une « phrase », unique, ressassée, scandée de refrains obsessionnels, trouée d’apartés réflexifs et de digressions, enroule un long lamento-bouffe. Son mouvement tente de régler le compte des désirs, des angoisses et des chagrins voués à la figure à la fois tutélaire et défigurée de la mère. Interprétée par Jean-Marc Bourg, d’après le livre éponyme de Christian Prigent (POL, 1996). À 20h30 à La Passerelle, place de la Résistance. Rens. 02 96 68 18 40.

JPEG - 20 ko
Jean-Marc Bourg



Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« oui
chacun
s’inquiétait
de
la
bonne
moralité
de
la
queue »
Raymond Federman
À la queue leu leu

Un alibi de rêve Corps antérieur Où patiente la lumière Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte L’Œuvre au Nord L’Alimentation générale de Tombouctou Chair de Sienne L’Ourlet du ciel Le Congrès d’automne C’est l’Eté Un cri L’Impatience Les Chiens du vent Avec des ailes Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances L’Enfant sur la branche Friches Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Encyclopédie cyclothymique Maintenant la nuit Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Ouverture du cri L’Ordinaire, la métaphysique Parfois Monsieur l’évêque avec ou sans mitre La Momie de Roland Barthes L’Ombre nue Des sourires et des pommes Zoophile contant fleurette Coquerets et coquerelles