Actualité « Une phrase pour ma mère » de Christian Prigent jouée à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) le 22 janvier

, par Hélène Boinard


Une « phrase », unique, ressassée, scandée de refrains obsessionnels, trouée d’apartés réflexifs et de digressions, enroule un long lamento-bouffe. Son mouvement tente de régler le compte des désirs, des angoisses et des chagrins voués à la figure à la fois tutélaire et défigurée de la mère. Interprétée par Jean-Marc Bourg, d’après le livre éponyme de Christian Prigent (POL, 1996). À 20h30 à La Passerelle, place de la Résistance. Rens. 02 96 68 18 40.

JPEG - 20 ko
Jean-Marc Bourg



Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Ce pourrait être là.
Ce lieu où un regard, peut-être, suffirait pour étreindre, un instant, l’éblouissante lumière de l’attente. »
Jean-Pierre Spilmont
Lumière des mains

Où patiente la lumière Opéré bouffe Capitaine des myrtilles Non lieu provisoire Dits d’elle L’Œil tourné L’Etoffe des Corps Chants de la tombée des jours Des étoiles sur les genoux Valleuse La Close L’Errance, la dérive, la trace La Mort est en feu Dans le vent du chemin Faire des études pour être mendiant Labyrinthe L’Evolution des paysages Chroniques d’un promeneur assis Dans les jardins mouillés Petit traité d’éducation lubrique Erratiques Lavoir de toutes les couleurs Les Macchabs vites Le Perron Le Vent du dehors Fin’ Amor Les Choses n’en font qu’à leur tête La Nuit du libertin La Source L’Absent