Actualité « Une phrase pour ma mère » de Christian Prigent jouée à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) le 22 janvier

, par Hélène Boinard


Une « phrase », unique, ressassée, scandée de refrains obsessionnels, trouée d’apartés réflexifs et de digressions, enroule un long lamento-bouffe. Son mouvement tente de régler le compte des désirs, des angoisses et des chagrins voués à la figure à la fois tutélaire et défigurée de la mère. Interprétée par Jean-Marc Bourg, d’après le livre éponyme de Christian Prigent (POL, 1996). À 20h30 à La Passerelle, place de la Résistance. Rens. 02 96 68 18 40.

JPEG - 20 ko
Jean-Marc Bourg



Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Maintenant, voici venu pour moi le temps de me décider à faire retour en arrière, de tenter de trousser congrûment quelque chose à ma guise, une sorte d’écriture pure de tout sens civique. Le besoin est sans doute inscrit dans les gènes : pressentiment reptilien que tout disparaîtra d’un coup.
Dany, Piteur, Olivier, il n’y a plus au monde une seule trace d’eux. Tout ce qui reste est en moi. »
Sylvain Fourcassié
Les Madones du trottoir

La Ville autour Carnets des solitudes Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Chroniques d’un promeneur assis Le Pôle magnétique Le Soleil oiseleur L’Oiseau de nulle part Chambre de feuilles Variations sur des carnets Sillages Le Bec de la plume Les Montagnes du soir Solaire Zoophile contant fleurette Le Vent du dehors Dans les jardins mouillés De purs désastres, édition aggravée Pays simple Le Sentiment de la nature L’Etoffe des Corps Le Réel L’Or de l’air L’Existence poétique Circé ou Une agonie d’insecte La hulotte n’a pas de culotte La Couleur tensive Des rêves au fond des fleurs Mon chat son chien et le cochon du voisin Fragments d’une ville fantôme Maintenant la nuit