Actualité « Une phrase pour ma mère » de Christian Prigent jouée à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) le 22 janvier

, par Hélène Boinard


Une « phrase », unique, ressassée, scandée de refrains obsessionnels, trouée d’apartés réflexifs et de digressions, enroule un long lamento-bouffe. Son mouvement tente de régler le compte des désirs, des angoisses et des chagrins voués à la figure à la fois tutélaire et défigurée de la mère. Interprétée par Jean-Marc Bourg, d’après le livre éponyme de Christian Prigent (POL, 1996). À 20h30 à La Passerelle, place de la Résistance. Rens. 02 96 68 18 40.

JPEG - 20 ko
Jean-Marc Bourg



Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Dans trente ans maximum, ce serait l’hospice, car sans femme ni enfants, qui s’occuperait du vieillard libidineux que je serais devenu ? Est-ce que je baverais sur les infirmières ? Allongé dans mon cercueil, est-ce que je banderais encore ? »
Christian Garcin
Circé ou Une agonie d’insecte

Monsieur l’évêque avec ou sans mitre Chants de la tombée des jours La Close Ouverture du cri Ombres classées sans suite Couleur jardin L’Evolution des paysages Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Carnets du graphomane Non lieu provisoire La Couleur tensive Dans les jardins mouillés L’Absent L’Appétit de Don Juan L’Alimentation générale de Tombouctou Animalimages Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Rien qui porte un nom Opéré bouffe Avant les monstres L’Impatience Sillages Mobilis in mobilier Si petits les oiseaux Les Montagnes du soir Fragments d’une ville fantôme Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives La Ville autour L’Homme traversé Toro