Actualité Une phrase pour ma mère de Christian Prigent, par Jean-Marc Bourg, à Paris, du 12 janvier au 13 février 2011

, par Hélène Boinard


Une phrase pour ma mère de Christian Prigent (P.O.L) : Une « phrase » unique, ressassée, scandée de refrains obsessionnels, trouée d’apartés réflexifs et de digressions, s’enroule en un long lamento-bouffe. Son mouvement tente de régler le compte des désirs, des angoisses et des chagrins voués à la figure tutélaire de la mère. Spectacle mis en scène et interprété par Jean-Marc Bourg, que nous vous recommandons vivement (nous y avons assisté il y a quelques années, c’est splendide ! Et vous aurez le choix, il y a 25 représentations...) À la Maison de la Poésie de Paris, rens. et rés. sur son site ou Maison de la poésie - Passage Molière - 157, rue Saint-Martin- 75003 Paris - 01 44 54 53 00 (M° Rambuteau - RER Les Halles)

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Maintenant, voici venu pour moi le temps de me décider à faire retour en arrière, de tenter de trousser congrûment quelque chose à ma guise, une sorte d’écriture pure de tout sens civique. Le besoin est sans doute inscrit dans les gènes : pressentiment reptilien que tout disparaîtra d’un coup.
Dany, Piteur, Olivier, il n’y a plus au monde une seule trace d’eux. Tout ce qui reste est en moi. »
Sylvain Fourcassié
Les Madones du trottoir

Des rêves au fond des fleurs Ils Circé ou Une agonie d’insecte L’Alimentation générale de Tombouctou Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives C’est des poèmes ? Pleine lucarne Casanova et la belle Montpelliéraine Entrée en matière Carnets respiratoires La Peur et son éclat Goutte d’eau Le Soleil oiseleur Coquerets et coquerelles Animalimages Un oursin L’Impossible Manque Journal de l’homme arrêté Le Vingt-deux octobre Le Bruissement des mots Solaire La poésie est facile À la queue leu leu / The Line (édition bilingue) Le Jour se lève encore Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Fragments du solstice L’Etoffe des Corps Fin’ Amor Rien qu’une ombre inventée L’Oiseau de nulle part