collections

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas L’Etoffe des Corps Un cri Chambre de feuilles Les Montagnes du soir Les Visages et les voix Le Sens du toucher Matière du temps 2 Un alibi de rêve L’Indifférent C’est des poèmes ? La Liesse populaire en France Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Sillages Zoophile contant fleurette Rien qui porte un nom Carnets des solitudes Un éditeur... Voilà ! Les Explorateurs Des garous et des loups Casanova et la belle Montpelliéraine Le Chant du destin Le Taureau, la rose, un poème Dits d’elle L’Appétit de Don Juan Poèmes poids plume La Tombe d’un jeu d’enfant La Mort est en feu Marie-Gasparine Parfois