collections

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

Bavard au cheval mort et compagnie Nuitamment Zoophile contant fleurette Stabat Mater Dans le vent du chemin Le Jour se lève encore Matière du temps 1 Vladivostok, aller simple Ciel inversé 1 Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Encyclopédie cyclothymique Erratiques Une clarté de passage L’Indifférent Labyrinthe Villégiatures & Cie Triptike Où patiente la lumière La Langue au chat Insensément ton corps Friches Le Loir atlantique Sillages Faire des études pour être mendiant Opéré bouffe La Couleur tensive Un habitué des courants d’air Profondeur du champ de vol L’Errance, la dérive, la trace Lavoir de toutes les couleurs