L’Enceinte
Michaël Glück

publication 16 juin 2010
7,50 € (7,11 € HT)

L'Enceinte, Michaël Glück, récit sur La Madonna del Parto de Piero della Francesca, coll. L'Anthrope, 12x16 cm, 36 p., 2010, ISBN : 978-2-913388-76-5 (réédition)

Présentation

Nous sommes en 1944 en Toscane. La guerre s’éloigne. À Monterchi, les femmes font opposition de leurs corps pour empêcher les autorités de prendre la Madone de Santa Maria di Momentana. Les hommes l’emmurent pour la protéger. Dix ans plus tard, le conseil municipal refuse que la fresque soit prêtée pour une exposition sur la Première Renaissance. Tout le village résiste. Chagall vient voir l’œuvre d’art, cette Madone enceinte peinte par Piero della Francesca. Michaël Glück, en trois mouvements, développe une réflexion sensible sur la place de l’art, la féminité, l’Histoire. Il met au jour cette énigme du corps qui est un corps autant qu’une pensée, et évoque une émotion qui vient du ventre.

Angèle Paoli présente L’Enceinte dans sa revue « littéraire, artistique & cap-corsaire » Terre de femmes.

Extrait

« Qu’est-ce qu’une œuvre d’art ? Qu’est-ce qu’une émotion esthétique ? Quand la porte de la Momentana s’ouvre sur ce baldaquin que deux anges jumeaux soulèvent et ouvrent sur la Vierge qui s’ouvre sur l’enfant à venir, le mot art, le mot esthétique restent sur le seuil. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

L’auteur

La Collection

Le Vingt-deux octobre Dans le vent du chemin Où qu’on va après ? Erratiques Parfois Rimbaud, la tentation du soleil L’Homme traversé Zoophile contant fleurette Pour apprendre la paix à nos enfants Le Perron Entrée en matière Variations sur des carnets Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances La poésie est facile La hulotte n’a pas de culotte Petits bonheurs Lettre d’Afrique à une jeune fille morte L’Ordinaire, la métaphysique La Toile de la foraine - Lyon : portrait Dits d’elle L’Enfance est mon pays natal Fragments du solstice Fragments d’une ville fantôme Le Jour se lève encore Insensément ton corps Friches Dans la présente abjection des mondes Casanova et la belle Montpelliéraine La Langue au chat Couleur jardin