Encre Christian Arthaud

Publication 1989
11,50 EUR (10,90 EUR HT)

Encre, Christian Arthaud, poèmes, 8 encres de Vivien Isnard, coll. L'Ostiaque, 14x21 cm, 112 p.,1989, ISBN : 2.90591011.9

Présentation

Il y a quelque chose des haïkus dans les premiers poèmes de ce recueil : une sagesse humble s’y murmure où l’homme n’est souvent qu’un fétu de paille face au monde. C’est dit sans pathos, sans grandiloquence, mais avec cet art poétique qui donne à quelques vers une ouverture immense :
« Sur la route de la montagne, /
Je n’accompagne personne. /
Personne ne m’accompagne, /
Seul un cœur immense résonne. »

L’humilité permet aussi une douce auto-ironie qui fait sourire, attendrit parfois. Les poèmes questionnent de petits moments suspendus par l’acuité d’un regard qui joue du vide à quoi, peut-être, se résumerait l’existence. Puis, les poèmes s’élargissent, prennent, non de l’ampleur, mais un peu plus de place, prennent leur temps, comme si l’apaisement était fruit de la lucidité : « Chaque jour qui passe / est un malentendu qui se dissipe. » L’observation, la flânerie se mêlent à la réflexion morale sans pour autant que le noir de l’encre ne pèse sur la page. C’est toujours au plus près de l’évanescence que s’écrivent ces poèmes du doute. Dans cette incrédulité qui pourtant fait écrire en « Dansant ainsi sur l’obstacle ».
On peut lire les poèmes de Christian Arthaud comme en une gymnastique quotidienne : quelques vers à l’aube qui traceront toute la journée leurs chemins en nous. Comme si Encre était le viatique du présent.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Trois hérons traversent le ciel de Nantes,
un beau soir de mars de l’an mil neuf cent nonante
neuf : j’ai noté au vol ce hiéroglyphe. »
Jean-Pierre Chambon
Labyrinthe

L’auteur

Le plasticien

La Collection

La Nuit du libertin Mobilis in mobilier Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Faire des études pour être mendiant À la Dublineuse Rien qui porte un nom Encyclopédie cyclothymique Mi-ville mi-raisin Fragments d’un meurtre Le Perron Le Voyageur sans voyage Dans la présente abjection des mondes Avec des ailes Un habitué des courants d’air Musée de l’os et de l’eau La Langue et ses monstres Toboggans des maisons Une cigale dans la tête Où patiente la lumière Capitaine des myrtilles Un oursin Chambre de feuilles L’Insu Premières poésies (1950-1955) Monsieur l’évêque avec ou sans mitre Lavoir de toutes les couleurs Les Choses n’en font qu’à leur tête Une clarté de passage Non lieu provisoire La Ville est mosaïque