L’Absent Lionel Bourg

Publication 1991
12,00 EUR (11,37 EUR HT)

L'Absent, Lionel Bourg, récit , coll. L'Ostiaque, 14x21 cm, 96 p., 1991, ISBN : 2.905910.24.0

Présentation

Installé dans une décharge publique, un homme écrit hautainement une manière de mémoire de sa séparation. Une saison en déréliction plus qu’en enfer, une poétique de la conscience malheureuse peut-être, quoique vivement irascible et preste à fustiger les conditions de sa détresse, L’Absent n’est que l’une des autobiographies possibles de la subjectivité qu’insulte l’objet de son tourment et de sa révolte : l’un et le tout, au cœur d’une assomption négative du monde, infiniment s’épousent, se leurrent et se déchirent. Dès lors, la convention narrative ou la métaphore se retourne - s’écorche ?- , et jamais le personnage qui trace ainsi l’histoire « d’une de ses folies » ne se sera à ce point exposé. L’Absent doit donc être aussi lu à la lettre, bouteille à la mer, récit truffé d’aveux et grimoire rendu au grouillement qui le génère, tête de pont d’une passion dévoyée où l’impossible poème comme la théorie impuissante qui hantent, depuis Rousseau, toute littérature, nourrissent de leurs effondrements l’acte même d’écrire.

Extrait

Jour après jour, tu disparais. Tu pars te promener. C’est du moins ce que tu lances à tes parents lorsqu’ils t’interrogent. Le chemin est toujours le même. Moins boueux seulement. Les oiseaux ont repris possession du ciel et crient comme jamais. Tu te rends à ton domaine. Tu t’installes.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« L’aube était là lorsqu’ils sortirent de la ville. C’était le moment des tristes couleurs dans le ciel. »
Hubert Mingarelli
La Source

L’auteur

La Collection

gLoire(s) Quatre écoutes du tonnerre Fidèles félidés L’Etoffe des Corps Pleine lucarne Carnets des solitudes Sillages Arènes 42 À la Dublineuse Mon chat son chien et le cochon du voisin Rimbaud, la tentation du soleil La Belle vitesse Dits d’elle Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova Matière du temps 2 Les Madones du trottoir Fragments d’une ville fantôme Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime On disait Avant les monstres L’Enfant sur la branche Petits bonheurs Fin’ Amor Où qu’on va après ? Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) Opéré bouffe Marie-Gasparine Pour mon ours blanc Un cri Chambre de feuilles