Actualité Lecture d’Un alibi de rêve de François Salvaing le 10 mars à l’Odéon (Paris)

, par Hélène Boinard


L’Odéon-Théâtre de l’Europe, la Maison des Écrivains et Les Mots Parleurs ont associé leurs forces pour organiser, tout au long de la saison 2006-2007, une confrontation créative entre des oeuvres théâtrales créées au théâtre de l’Odéon et des auteurs contemporains. La prochaine correspondance d’artistes réunira les auteurs Anne-Marie Garat et François Salvaing, et les metteurs en scène Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff autour de L’affaire de la rue de Lourcine d’Eugène Labiche, présentée au Théâtre de l’Odéon du 22 février au 31 mars 2007. François Salvaing a donc composé Un alibi de rêve, que les éditions Cadex sont très heureuse de publier ! Le texte inédit sera lu par Carole Bergen et Valérie Delbore de l’association Les Mots Parleurs. Suivront une rencontre avec le public et les metteurs en scène et une signature d’un choix d’ouvrages des deux auteurs invités.
Le samedi 10 mars 07 à 15h au théâtre de l’Odéon, entrée libre. Renseignements et réservations
au 01 44 85 40 44 ou marylene.bouland@theatre-odeon.fr

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« On disait
que c’était avant la buée sur les vitres,
que c’était avant la neige sur les trottoirs,
que c’était avant les crêpes qu’on enroule
et avant les histoires du soir. »
Pascal Leclercq
On disait

Le Vent du dehors Les Macchabs vites Sillages Tiens bon la rampe Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Coquerets et coquerelles Ouverture du cri Une cigale dans la tête Avant les monstres Le Jour se lève encore Le Chant du destin L’Enfant sur la branche La Close Monsieur l’évêque avec ou sans mitre Pleine lucarne Encre La hulotte n’a pas de culotte L’Œil tourné Journal de l’homme arrêté L’Impatience Bavard au cheval mort et compagnie Entrée en matière Ciel inversé 2 L’Existence poétique Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Solaire L’Evolution des paysages Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances De purs désastres, édition aggravée C’est papa qui conduit le train