Mon chat son chien et le cochon du voisin Clod’Aria

Ouvrage épuisé

Mon chat son chien et le cochon du voisin, Clod'Aria, illustrations de Jean-Louis Pérou, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 1998, 7.50€, ISBN : 9782840310617

Présentation

Clod’Aria ne compte plus les chats qu’elle a accueillis, les
siens et ceux de passage. Ils sont les héros de ce petit
livre : ceux qu’on « embrasse à défaut d’autre chose », « les
galeux, les croûteux, les sans maître » , les chats disparus
qui « miaulent dans (sa) tête » ... II y a aussi le chien de
Monsieur qui squatte « le meilleur fauteuil » ; et puis, le
cochon que le boucher est venu tuer chez le voisin. Un petit
monde souvent souriant et truculent, mais aussi parfois
tragique et violent qui ressemble fort à celui des humains.
Dans des poèmes dégraissés au plus près, Clod’Aria sait
trouver les mots pour dire la tendresse et l’amour, et ceux
pour s’insurger contre la bêtise et l’ignorance qui excluent
ou qui tuent.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Alors, nous les émerveillés, nous caressons celle à qui nous devons d’avoir vu en quelques secondes l’Amour prendre le visage de l’Insensé, et l’Insensé celui de l’Immortalité. »
Marcel Moreau
Tectonique des femmes

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Les Macchabs vites Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Solaire La Nuit du libertin Le Pôle magnétique De purs désastres, édition aggravée Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova Casanova et la belle Montpelliéraine L’Ordinaire, la métaphysique Course libre La Tombe d’un jeu d’enfant Circé ou Une agonie d’insecte Toro Profondeur du champ de vol L’Insu Le Taureau, la rose, un poème Ciel inversé 2 Le Sens du toucher La Liesse populaire en France Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Capitaine des myrtilles L’Incomparable promenade Vladivostok, aller simple À la Dublineuse Ciel inversé 1 Le Voyageur sans voyage Un habitué des courants d’air Fragments d’un meurtre C’est l’Eté