On disait Pascal Leclercq

Publication 15 septembre 2013
9,00 EUR (8,53 EUR HT)

On disait, Pascal Leclercq, illustrations de Paul Mahoux, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 2013, ISBN : 978-2-913388-84-0

Présentation

Qui n’a pas joué au fameux « On disait » ?

Mine de rien, ce mécanisme de l’imaginaire permet aux enfants de mieux comprendre le monde qui les entoure et de s’y intégrer.

Tout devient possible avec ces jeux de rôle : on est chat, crabe, on est propre sans jamais se laver, on n’est même pas né...

Pascal Leclercq et Paul Mahoux nous livrent ici des poèmes et des illustrations gigognes, anaphoriques, légers et profonds à la fois. Avec eux le monde s’ouvre en grand !

On disait existe également en livre numérique (ebook, versions epub ou kindle, avec fichier audio : lecture des poèmes par l’auteur !), chez e-fractions diffusion (cliquez ici).

Extrait

On disait
qu’on était des chats,
qu’on avait le poil noir et soyeux,
qu’on marchait sur des coussinets,
qu’on regardait le foot à la télé,
avec l’air paresseux
pour ne pas se faire prendre.

On disait
qu’on sentait le monde
avec nos moustaches,
qu’on déplaçait les choses
d’un coup de patte,
qu’on voyait dans le noir passer
des monstres violets,
qu’on ne disait rien
pour ne pas se faire prendre.

On disait
qu’on s’était mis au lait,
qu’on savait miauler,
qu’on mangeait des croquettes et du pâté,
qu’on ronronnait quand on nous caressait.

Pour finir on disait
que ce n’était pas vrai
qu’on n’était pas vraiment des chats
et qu’on offrait des lunettes
à ceux qui s’étaient laissés prendre.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« La porte s’ouvre, un cardinal et un mannequin l’effleurent. Le coude de la jeune fille laisse une traînée de poudre sur sa manche renardée, c’est dimanche et pourtant les anges vomissent des arcs-en-ciel. Elle s’engouffre, presse le bouton 4. La porte s’ouvre, le silence l’affleure. »
Chloé Delaume
Sillages (Suite 411)

L’auteur

Le plasticien

La Collection

L’Incomparable promenade Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Erratiques L’Indifférent Tiens bon la rampe Chambre de feuilles Villégiatures & Cie Un alibi de rêve gLoire(s) Coquerets et coquerelles Carnets des solitudes Triptike Capitaine des myrtilles Pour apprendre la paix à nos enfants La Momie de Roland Barthes Le Réel Rimbaud, la tentation du soleil Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Profondeur du champ de vol Avant les monstres Le Faraud séant Le Congrès d’automne L’Ombre nue Chroniques d’un promeneur assis L’Enfant sur la branche La hulotte n’a pas de culotte Stabat Mater La Belle vitesse Encre Le Bruissement des mots