On disait Pascal Leclercq

Publication 15 septembre 2013
9,00 EUR (8,53 EUR HT)

On disait, Pascal Leclercq, illustrations de Paul Mahoux, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 2013, ISBN : 978-2-913388-84-0

Présentation

Qui n’a pas joué au fameux « On disait » ?

Mine de rien, ce mécanisme de l’imaginaire permet aux enfants de mieux comprendre le monde qui les entoure et de s’y intégrer.

Tout devient possible avec ces jeux de rôle : on est chat, crabe, on est propre sans jamais se laver, on n’est même pas né...

Pascal Leclercq et Paul Mahoux nous livrent ici des poèmes et des illustrations gigognes, anaphoriques, légers et profonds à la fois. Avec eux le monde s’ouvre en grand !

On disait existe également en livre numérique (ebook, versions epub ou kindle, avec fichier audio : lecture des poèmes par l’auteur !), chez e-fractions diffusion (cliquez ici).

Extrait

On disait
qu’on était des chats,
qu’on avait le poil noir et soyeux,
qu’on marchait sur des coussinets,
qu’on regardait le foot à la télé,
avec l’air paresseux
pour ne pas se faire prendre.

On disait
qu’on sentait le monde
avec nos moustaches,
qu’on déplaçait les choses
d’un coup de patte,
qu’on voyait dans le noir passer
des monstres violets,
qu’on ne disait rien
pour ne pas se faire prendre.

On disait
qu’on s’était mis au lait,
qu’on savait miauler,
qu’on mangeait des croquettes et du pâté,
qu’on ronronnait quand on nous caressait.

Pour finir on disait
que ce n’était pas vrai
qu’on n’était pas vraiment des chats
et qu’on offrait des lunettes
à ceux qui s’étaient laissés prendre.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Il y a des moyens, je les ai pratiqués, d’aider les rêves à prendre certaines tonalités désirées. »
François Salvaing
Un alibi de rêve

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Erratiques La Halte belge Mon chat son chien et le cochon du voisin Le Barillet : variations dramatiques T2 Le Bel aujourd’hui L’Errance, la dérive, la trace Petit Traité d’éducation lubrique (édition 2010) Encyclopédie cyclothymique La Poignée de porte Billet pour le Pays doré Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Une clarté de passage Ils Valleuse Un alibi de rêve Toro L’Existence poétique La Ville est mosaïque Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances Mi-ville mi-raisin Le Jour se lève encore La Ville autour Le Voyageur sans voyage Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) L’Ordinaire, la métaphysique gLoire(s) Musée de l’os et de l’eau Ombres classées sans suite L’Evolution des paysages Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime