On disait Pascal Leclercq

Publication 15 septembre 2013
9,00 EUR (8,53 EUR HT)

On disait, Pascal Leclercq, illustrations de Paul Mahoux, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 2013, ISBN : 978-2-913388-84-0

Présentation

Qui n’a pas joué au fameux « On disait » ?

Mine de rien, ce mécanisme de l’imaginaire permet aux enfants de mieux comprendre le monde qui les entoure et de s’y intégrer.

Tout devient possible avec ces jeux de rôle : on est chat, crabe, on est propre sans jamais se laver, on n’est même pas né...

Pascal Leclercq et Paul Mahoux nous livrent ici des poèmes et des illustrations gigognes, anaphoriques, légers et profonds à la fois. Avec eux le monde s’ouvre en grand !

On disait existe également en livre numérique (ebook, versions epub ou kindle, avec fichier audio : lecture des poèmes par l’auteur !), chez e-fractions diffusion (cliquez ici).

Extrait

On disait
qu’on était des chats,
qu’on avait le poil noir et soyeux,
qu’on marchait sur des coussinets,
qu’on regardait le foot à la télé,
avec l’air paresseux
pour ne pas se faire prendre.

On disait
qu’on sentait le monde
avec nos moustaches,
qu’on déplaçait les choses
d’un coup de patte,
qu’on voyait dans le noir passer
des monstres violets,
qu’on ne disait rien
pour ne pas se faire prendre.

On disait
qu’on s’était mis au lait,
qu’on savait miauler,
qu’on mangeait des croquettes et du pâté,
qu’on ronronnait quand on nous caressait.

Pour finir on disait
que ce n’était pas vrai
qu’on n’était pas vraiment des chats
et qu’on offrait des lunettes
à ceux qui s’étaient laissés prendre.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Rien n’est plus discourtois que de voir un monsieur bander sans lui tendre, aussitôt, la main. »
Lydie Salvayre
Petit traité d’éducation lubrique

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Encyclopédie cyclothymique Les Mots d’Alice Tacatam Blues Nuitamment Avec des ailes Les Macchabs vites L’Absent Rimbaud, la tentation du soleil La Liesse populaire en France Le Perron Un oursin L’Œuvre au Nord À la queue leu leu / The Line (édition bilingue) L’Ombre nue La hulotte n’a pas de culotte La Traversée des grandes eaux Premières poésies (1950-1955) Stilb suivi de Iréniques L’Indifférent Carnets des solitudes Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Avant les monstres Valleuse Les Montagnes du soir La Belle vitesse Non lieu provisoire Pleine lucarne La Halte belge Stabat Mater Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova