On disait Pascal Leclercq

Publication 15 septembre 2013
9,00 EUR (8,53 EUR HT)

On disait, Pascal Leclercq, illustrations de Paul Mahoux, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 2013, ISBN : 978-2-913388-84-0

Présentation

Qui n’a pas joué au fameux « On disait » ?

Mine de rien, ce mécanisme de l’imaginaire permet aux enfants de mieux comprendre le monde qui les entoure et de s’y intégrer.

Tout devient possible avec ces jeux de rôle : on est chat, crabe, on est propre sans jamais se laver, on n’est même pas né...

Pascal Leclercq et Paul Mahoux nous livrent ici des poèmes et des illustrations gigognes, anaphoriques, légers et profonds à la fois. Avec eux le monde s’ouvre en grand !

On disait existe également en livre numérique (ebook, versions epub ou kindle, avec fichier audio : lecture des poèmes par l’auteur !), chez e-fractions diffusion (cliquez ici).

Extrait

On disait
qu’on était des chats,
qu’on avait le poil noir et soyeux,
qu’on marchait sur des coussinets,
qu’on regardait le foot à la télé,
avec l’air paresseux
pour ne pas se faire prendre.

On disait
qu’on sentait le monde
avec nos moustaches,
qu’on déplaçait les choses
d’un coup de patte,
qu’on voyait dans le noir passer
des monstres violets,
qu’on ne disait rien
pour ne pas se faire prendre.

On disait
qu’on s’était mis au lait,
qu’on savait miauler,
qu’on mangeait des croquettes et du pâté,
qu’on ronronnait quand on nous caressait.

Pour finir on disait
que ce n’était pas vrai
qu’on n’était pas vraiment des chats
et qu’on offrait des lunettes
à ceux qui s’étaient laissés prendre.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« L’aube était là lorsqu’ils sortirent de la ville. C’était le moment des tristes couleurs dans le ciel. »
Hubert Mingarelli
La Source

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Banlieue nord Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Chroniques d’un promeneur assis Le Vent du dehors Maélo Opéré bouffe Les Montagnes du soir Matière du temps 2 Un alibi de rêve La Traversée des grandes eaux Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Fidèles félidés La Poignée de porte Le Sentiment de la nature Les Visages et les voix C’est papa qui conduit le train Non lieu provisoire Fragments du solstice Un oursin Pays simple Avant les monstres Capitaine des myrtilles Chants de la tombée des jours Une voix pour Orphée Où qu’on va après ? Labyrinthe La Couleur tensive Crobards et mounièques La Ville est mosaïque Des garous et des loups