Actualité Soirée Daniel Biga à Nantes le 13 juin

, par Hélène Boinard


Dans le cadre des Poèmes en cavale de la Maison de la Poésie de Nantes : une soirée mesclun et plutôt surprise ! Après six années de bons et loyaux services en tant que président de la Maison de la Poésie de Nantes dont il a instigué le renouveau, Daniel Biga se libère de ses obligations présidentielles ; alors l’équipe a souhaité ne pas le laisser partir comme ça et a tenu à célébrer l’homme et le poète, joindre à cette soirée festive (présentée par Bernard Bretonnière) quelques amis proches du poète et de l’homme pour la rendre bigarrée ; lui offrir une biga soirée ! Pour preuve, notre amie Delphine Bretesché sera de la fête... Avec la participation de la librairie Vent d’Ouest et du Pannonica. À 19h30 au Pannonica : 9 rue Basse Porte à Nantes (proche de la place et du marché Talensac en plein coeur de Nantes, au-dessous de la salle Paul-Fort). Tarif : 3 euros / abonnés : gratuit. Rens. 02 40 69 22 32

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Afin de prévenir la satiété et le déclin libidinal qui lui est associé, enfermez votre partenaire dans une cave pendant quarante jours et quarante nuits. Il en sortira affamé. Le conseil est donné par Plutarque lui-même.
Le tout est de disposer d’une cave. »
Lydie Salvayre
Petit traité d’éducation lubrique

Les Explorateurs Coquerets et coquerelles Billet pour le Pays doré Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Colomb, Cortez & Cie Entre chagrin et néant (audiences d’étrangers) Casanova et la belle Montpelliéraine L’Insu Une cigale dans la tête Petit Traité d’éducation lubrique (édition 2010) Mi-ville mi-raisin Un rossignol sur le balcon La Toile de la foraine - Lyon : portrait Nuitamment Un alibi de rêve Stabat Mater Encre Carnets du jardin de la Madeleine Ciel inversé 1 Presque le bonheur Les Chiens du vent La poésie est facile Non lieu provisoire La Source L’Ordinaire, la métaphysique Bavard au cheval mort et compagnie Dans les jardins mouillés Chroniques d’un promeneur assis Les Choses n’en font qu’à leur tête Le Bruissement des mots