Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

Bavard au cheval mort et compagnie La Nuit du libertin Animalimages Petit traité d’éducation lubrique La Ville est mosaïque Le Voyageur sans voyage L’Errance, la dérive, la trace Mobilis in mobilier L’Oiseau de nulle part Dits d’elle Un habitué des courants d’air Les Explorateurs Rire parmi les hirondelles L’Insu Les Eaux noires Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte C’est des poèmes ? Non lieu provisoire Le Barillet : variations dramatiques T2 Triptike Maélo Zoophile contant fleurette Maintenant la nuit Où qu’on va après ? Un éditeur... Voilà ! Monsieur l’évêque avec ou sans mitre Pleine lucarne Arènes 42 La Peur et son éclat On disait