Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

Le Vent du dehors Ciel inversé 2 L’Ombre nue Tacatam Blues Le Taureau, la rose, un poème Tectonique des femmes L’Enfance est mon pays natal Chroniques d’un promeneur assis Colomb, Cortez & Cie Variations sur des carnets Où qu’on va après ? Sillages Fragments d’une ville fantôme Où patiente la lumière Presque le bonheur Goutte d’eau Musée de l’os et de l’eau Crobards et mounièques Rimbaud, la tentation du soleil Animalimages Matière du temps 1 L’Impossible Manque Ils Toboggans des maisons Entre chagrin et néant (audiences d’étrangers) Le Loir atlantique Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Stilb suivi de Iréniques Rien qui porte un nom Villégiatures & Cie