En toutes circonstances Albane Gellé

Publication 26 septembre 2014
9,00 EUR (8,53 EUR HT)

En toutes circonstances, Albane Gellé, illustrations de Valérie Linder, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 2014, ISBN : 978-2-913388-88-8

Présentation

La particularité de la collection du « Farfadet bleu » est de rendre la poésie accessible aux enfants, en leur donnant à lire des textes qui leur parlent et qui les aident à grandir, sans pour autant les infantiliser et les enfermer dans du “prêt-à-lire”. Ces poèmes ne sont donc pas spécialement écrits pour un jeune public, mais s’adressent aux lecteurs à partir de 5 ans (et jusqu’à plus que centenaires !)

En toutes circonstances existe également en livre numérique (ebook, versions epub ou kindle), chez e-fractions diffusion (cliquez ici).


Simplicité. Les œuvres de Valérie Linder, l’artiste clissonnaise dont l’une des activités consiste à créer des images artistiques pour accompagner les textes d’auteurs de poésie, ne semblent pas complexes. Elles ne créent pas l’émotion par l’accumulation de motifs. Au contraire, ces images tirent vers le minimal, comme si elle voulait ne s’occuper que du cœur des émotions, ne représenter que ce qui lui semble essentiel pour que la sensibilité de chacun capte l’émotion qu’elle veut transmettre.

Les images qu’elle a créées pour En toutes circonstances, d’Albane Gellé, sont ainsi essentielles et aussi aériennes, car nombre de motifs marquent l’axe vertical. Ce livre de poésie figure dans les livres de référence de l’Éducation nationale mais n’était plus disponible. Un nouvel éditeur s’en est emparé. Albane Gellé a réécrit certaines parties et, à l’occasion de cette réédition, Valérie Linder a créé des images répondant au texte.
- Journal Ouest France, janvier 2015

Extrait

j’ai mis dans ma tête
une boîte à musique
un arbre tout seul
et trois étoiles de mer
pour pouvoir rêver
en toutes circonstances

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« C’est une émeute, avait dit l’un des hommes. Un soulèvement populaire, avait ajouté l’autre. Les carabiniers du village avaient fini par se décider à venir voir ce qui se passait. Ils avaient aidé les deux hommes à remonter dans leur autocar qui s’était enfui. À Santa Maria di Momentana, les maçons avaient achevé de monter le mur de briques. La Madonna était cloîtrée, hiératique. En bas, trois femmes caressaient l’enfant sous la robe qui frémissait. Le printemps était là en cette année 1944. »
Michaël Glück
L’Enceinte

L’auteur

Le plasticien

La Collection

La Langue et ses monstres Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) Le Perron L’Appétit de Don Juan Faire des études pour être mendiant Cheminement vers le rien Crobards et mounièques L’Ombre nue À la Dublineuse La Toile de la foraine - Lyon : portrait L’Œil tourné Petites proses voyageuses La Mort de Woyzeck Banlieue nord L’Or de l’air Nuitamment Fin’ Amor En herbe Encyclopédie cyclothymique En toutes circonstances L’Impatience C’est l’Eté Villégiatures & Cie Un oursin Les Choses n’en font qu’à leur tête Fragments d’un désastre 33 Voix Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Petit traité d’éducation lubrique Parfois