Goutte d’eau Jean-Pierre Chambon

Publication 2002
7,50 EUR (7,11 EUR HT)

Goutte d'eau, Jean-Pierre Chambon, conte, calligraphie de Shan Shan, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 2002, ISBN : 2.913388.26.4

Présentation

C’est un conte cristallin, limpide. Nous sommes en Chine où le Prince Li s’éprend d’une jeune fille. La jalousie du prince l’entraîne à enfermer la princesse dans son palais, ou, plus exactement, dans une maquette de son palais où tout y compris la nature a été réduit aux dimensions de la minuscule princesse. Dans ce petit palais, la princesse voudrait, comme le prince Li, posséder elle aussi une maquette de la maquette... Mais comment faire pour réduire encore les plantes, les arbres, les fleurs ? Le Prince Li envoie quatre hommes chercher chacun le plus grand magicien de l’Empire.
On va d’enchantements en enchantements dans ce conte ciselé comme un diamant. La peur de vieillir, la beauté éternelle, la possession et l’amour tissent ici une fable aux profonds éclats.

Extrait

Un premier magicien brisa le cercle de l’assemblée, qu’il salua, et sans autre préambule, il enfonça un doigt dans le sol. Lorsqu’il se releva, surgit une source.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Ma culture se nourrit du livre de ta chair, et j’ai lu beaucoup dans le fond de tes gorges, dans ton dedans d’amour, descendant de délice en délice au délire des délires… »
Marcel Moreau
Insensément ton corps

Le plasticien

La Collection

Chair de Sienne Bavard au cheval mort et compagnie Ils L’Errance, la dérive, la trace Si petits les oiseaux Billet pour le Pays doré Pays simple Cheminement vers le rien Petites proses voyageuses Matière du temps 2 Le Faraud séant Les Montagnes du soir L’Œil tourné Friches L’Appétit de Don Juan Variations sur des carnets Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Un oursin Le Sentiment de la nature La Source Le Voyageur sans voyage Lavoir de toutes les couleurs Le Jour se lève encore Le Pôle magnétique Toro Dits d’elle Tiens bon la rampe Dans la présente abjection des mondes Une clarté de passage Où patiente la lumière