La Guerre entre les arbres Jacques Abeille

Publication 1997
7,50 EUR (7,11 EUR HT)

La Guerre entre les arbres, Jacques Abeille, proses et poèmes, 5 encres de Jean-Gilles Badaire, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 1997, ISBN : 2.905910.84.4

Présentation

C’est à des noces de chair que nous convient ces poèmes qu’une prose introduit. Un homme passe une nuit dans un sous-bois « où l’avait poussé la faim ». Une faim sensuelle à laquelle un désir impétueux sert les images d’un accouplement fantasmé, entre celle qu’il aime et lui, dans l’écho organique de la nature. Jacques Abeille excelle à dresser au vif du poème les images crues de l’amour. Ses vers mêlent en un seul chant le corps aimé et les formes que le vent donne aux branches, que la terre donne aux racines. Les peintures de Jean-Gilles Badaire, dans l’obscur du noir et blanc, déclinent l’analogie des formes végétales avec le sexe féminin. Un joli livre à offrir pour dire ce qu’est l’amour quand le désir l’habite.

Quand, dans l’avertissement de son livre La Guerre entre les arbres, Jacques Abeille, tellement saisi par les paysages envahis par la végétation (luxuriante, luxurieuse, si évidemment anthropomorphe - nodosité ici, tige là), évoque le sous-bois, sans doute ne dit-il pas autre chose que la poésie « n’est pas un lieu de paix mais un champ de bataille dévasté où la cruauté se fait d’autant plus âpre que silencieuse, lente, constante ».
- « Approcher l’œuvre de Jacques Abeille, dit aussi Léo Barthe », Bernard Bretonnière, avril 2011, Maison de la poésie de Nantes. Pour lire le texte intégral sur le site des éditions de l’atelier In8 cliquez ici.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Nietzsche, comme une puissante tape dans le dos ou ce coup de poing sur la tête dont parle Kafka à propos des bons livres »
René Pons
Carnets des solitudes

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Chants de la tombée des jours Tectonique des femmes Cheminement vers le rien Mon chat son chien et le cochon du voisin Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Matière du temps 2 La Source C’est papa qui conduit le train Les Explorateurs Un cri Un éditeur... Voilà ! Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances Mobilis in mobilier Ciel inversé 1 Presque le bonheur Le Faraud séant L’Œuvre au Nord Rien qui porte un nom L’Errance, la dérive, la trace Les Choses n’en font qu’à leur tête Dans le vent du chemin Où patiente la lumière Fragments d’une ville fantôme Fidèles félidés Billet pour le Pays doré Une clarté de passage L’Indifférent La Belle vitesse Bavard au cheval mort et compagnie L’Enfance est mon pays natal