La Guerre entre les arbres
Jacques Abeille

publication 1997
7,50 € (7,11 € HT)

La Guerre entre les arbres, Jacques Abeille, proses et poèmes, 5 encres de Jean-Gilles Badaire, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 1997, ISBN : 2.905910.84.4

Présentation

C’est à des noces de chair que nous convient ces poèmes qu’une prose introduit. Un homme passe une nuit dans un sous-bois « où l’avait poussé la faim ». Une faim sensuelle à laquelle un désir impétueux sert les images d’un accouplement fantasmé, entre celle qu’il aime et lui, dans l’écho organique de la nature. Jacques Abeille excelle à dresser au vif du poème les images crues de l’amour. Ses vers mêlent en un seul chant le corps aimé et les formes que le vent donne aux branches, que la terre donne aux racines. Les peintures de Jean-Gilles Badaire, dans l’obscur du noir et blanc, déclinent l’analogie des formes végétales avec le sexe féminin. Un joli livre à offrir pour dire ce qu’est l’amour quand le désir l’habite.

Quand, dans l’avertissement de son livre La Guerre entre les arbres, Jacques Abeille, tellement saisi par les paysages envahis par la végétation (luxuriante, luxurieuse, si évidemment anthropomorphe - nodosité ici, tige là), évoque le sous-bois, sans doute ne dit-il pas autre chose que la poésie « n’est pas un lieu de paix mais un champ de bataille dévasté où la cruauté se fait d’autant plus âpre que silencieuse, lente, constante ».
- « Approcher l’œuvre de Jacques Abeille, dit aussi Léo Barthe », Bernard Bretonnière, avril 2011, Maison de la poésie de Nantes. Pour lire le texte intégral sur le site des éditions de l’atelier In8 cliquez ici.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Franck, Victorine et leurs enfants sont présentés devant le juge. La présence des enfants émeut tout le monde, jusqu’aux policiers de la PAF, dont l’un fait jouer Shanee, trois ans, avec l’étui de son pistolet. Le même fabrique des avions en papier dans le hall du tribunal pour la petite fille et répète, alors que je porte l’enfant dans mes bras et la berce : c’est une honte de voir ça, comment on traite les gens. Aujourd’hui, 16 septembre, Franck est parti au Congo. »
Marie Cosnay
Entre chagrin et néant

L’auteur

Le plasticien

La Collection

L’Italien Faire des études pour être mendiant Maintenant la nuit Fidèles félidés Un oursin L’Etoffe des Corps Tiens bon la rampe Pays simple Mobilis in mobilier Variations sur des carnets Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances Un éditeur... Voilà ! Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Le Vingt-deux octobre Des étoiles sur les genoux À la Dublineuse Toboggans des maisons Les Chiens du vent L’Absent Profondeur du champ de vol Course libre L’Existence poétique L’Alimentation générale de Tombouctou Chair de Sienne Des rêves au fond des fleurs L’Enfance est mon pays natal La Momie de Roland Barthes L’Indifférent En avant l’enfanfare ! Parfois