La Mort de Woyzeck René Pons

Publication 1990
11,00 EUR (10,43 EUR HT)

La Mort de Woyzeck, René Pons, récit, coll. L'Ostiaque, 14x21 cm, 80 p., 1990, ISBN : 2.905910.15.1

Présentation

La littérature n’est pas - comme on veut souvent le faire croire - une vraie copie du réel mais un engendrement infini de l’écriture par l’écriture, des livres par les livres.

Certes Woyzeck a existé, éphémère héros d’un fait divers, pendu puis oublié ; mais c’est l’écriture de Büchner qui l’a véritablement créé - ne gardant du réel qu’un mince résidu - pour le condamner à une mort répétitive sans oubli.
Et voici qu’il renaît encore, dans ce texte bref, faute de mieux baptisé roman, comme si, transformé en obsession, et pour l’exorciser, il devait redevenir écriture, se muer en ce nouveau personnage, toujours lui pourtant, ce masque, derrière lequel l’auteur dissimule une partie de sa biographie mentale, c’est-à-dire non pas des petits faits datés - sans intérêt - mais ces obsessions qui structurent et empoisonnent une vie, et autour desquelles, comme autant de métaphores, on élabore des livres.

Extrait

W. se souvient. Il se souvient au moment de la sieste, à l’heure la plus chaude, ou bien, après le repas, en hiver, quand la neige est grise dans la rue (qui a dit que la neige était blanche ?). Alors W. se souvient. Exécrable moment. Souvenirs sangsues increvables. Un petit lot, toujours les mêmes. Rabâchage cérébral. W. n’aime pas ces souvenirs. Il essaie de les décoller en restant au ras du réel, en faisant des yeux, le tour de la minuscule chambre, celle où il voudrait mourir un jour, comme ça, d’un coup, sans souffrir, plutôt que d’aller râler dans quelque hospice englué des sanies de la vieillesse.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« C’est une émeute, avait dit l’un des hommes. Un soulèvement populaire, avait ajouté l’autre. Les carabiniers du village avaient fini par se décider à venir voir ce qui se passait. Ils avaient aidé les deux hommes à remonter dans leur autocar qui s’était enfui. À Santa Maria di Momentana, les maçons avaient achevé de monter le mur de briques. La Madonna était cloîtrée, hiératique. En bas, trois femmes caressaient l’enfant sous la robe qui frémissait. Le printemps était là en cette année 1944. »
Michaël Glück
L’Enceinte

L’auteur

La Collection

L’Or de l’air Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) Fidèles félidés De purs désastres, édition aggravée L’Ombre nue Le Voyageur sans voyage Rien qui porte un nom Crobards et mounièques La Belle vitesse Des sourires et des pommes gLoire(s) Le Vent du dehors Entrée en matière Rien qu’une ombre inventée Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Le Sens du toucher Labyrinthe Le Vingt-deux octobre Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Valleuse Erratiques Pour apprendre la paix à nos enfants Banlieue nord À la Dublineuse Fragments d’un désastre Fragments d’un meurtre Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives La Mort est en feu Coquerets et coquerelles L’Œuvre au Nord