Le Vent du dehors Jean-Claude Hauc

Publication 1993
14,00 EUR (13,27 EUR HT)

Le Vent du dehors, Jean-Claude Hauc, roman, coll. L'Ostiaque, 14x21 cm, 128 p., 1993, ISBN : 2.905910.44.5

Présentation

Avant de connaître Le Vent du dehors, le personnage central du dernier roman de Jean-Claude Hauc passe sa vie au royaume des ombres, à l’abri des croix tombales de différents cimetières européens, sujet d’un livre en gestation. Cette mort qui l’habite tout entier a fini par faire fuir sa compagne. Mais la fureur du monde va soudainement le happer... Comme dans son précédent livre (Journal de l’homme arrêté), Jean-Claude Hauc s’attarde ici sur la solitude de l’écrivain, ce dernier constituant le personnage quasi unique du roman, bien qu’en retrait des autres acteurs (et de lui-même lorsqu’il devient acteur), penseur isolé derrière le rideau de quelque pièce se jouant à livre fermé. Le Vent du dehors emporte par hasard un héros endormi dans ses rêves douloureux. Malgré lui, il lui faut composer avec ce destin inopiné. Survivant du royaume des ombres, cette « initiation » lui apportera la conviction que la mort ne peut plus rien contre lui.

- Alain Hélissen, « Le Vent du dehors », in Le Mensuel, 1993.

Extrait

Il a payé son tribut au temps. A la vie et à la mort. Ni sa mère, ni Isabelle, ni même Leïla ne pourront plus à présent lui réclamer des gages. Il a traversé le tunnel. Il n’a plus de dette envers personne. C’est cela être adulte : avoir rencontré la mort en chemin. Trois balles dans le corps. Un poumon traversé et une jambe en bouillie. Le monde de plein fouet ! Drôle de rite de passage. Mais impossible à éviter, sauf à demeurer “hors l’être”. Il est de l’autre côté. Là où les choses bouillonnent. Pour preuve l’érection monstrueuse qu’il a connue tout à l’heure. Et l’angoisse folle à la pensée que la jeune infirmière pouvait arriver d’un instant à l’autre afin de l’aider à faire sa toilette.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Maintenant, voici venu pour moi le temps de me décider à faire retour en arrière, de tenter de trousser congrûment quelque chose à ma guise, une sorte d’écriture pure de tout sens civique. Le besoin est sans doute inscrit dans les gènes : pressentiment reptilien que tout disparaîtra d’un coup.
Dany, Piteur, Olivier, il n’y a plus au monde une seule trace d’eux. Tout ce qui reste est en moi. »
Sylvain Fourcassié
Les Madones du trottoir

L’auteur

La Collection

C’est papa qui conduit le train Le Voyageur sans voyage Opéré bouffe Autobiographie d’un autre Fin’ Amor Bavard au cheval mort et compagnie Quatre écoutes du tonnerre Fidèles félidés Banlieue nord L’Errance, la dérive, la trace Le Vingt-deux octobre Les Explorateurs L’Italien Mobilis in mobilier La Langue et ses monstres Une voix pour Orphée Monsieur l’évêque avec ou sans mitre Rire parmi les hirondelles Les Montagnes du soir En toutes circonstances Maintenant la nuit L’Absent Goutte d’eau L’Appétit de Don Juan Poèmes poids plume Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Matière du temps 2 Chants de la tombée des jours Circé ou Une agonie d’insecte Ils