Mange-Matin Valérie Rouzeau

Ouvrage épuisé

Mange-Matin, Valérie Rouzeau, illustrations de Valérie Linder, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 60 p., 2008, ISBN : 9782840312413

Présentation

On trouvera dans Mange-Matin, pêle-mêle, une vache très ivre ; un cheval, un poisson et une euphorbe (le nom oublié de cette plante vivace m’est revenu quand s’est imposé à moi ce drôle de titre d’« œuf en robe ») morts ; un amour vivant ; des choses belles des choses moches d’époque ; un million de tolars. Et enfin, tout ce que tu y mettras, lecteur !

Mon farfadet bleu est un peu si l’on veut une sorte de « leaping leprechaun », ce lutin vert du folklore irlandais qui court qui court avec un pot rempli de pièces d’or entre les bras, si tu l’attrapes, le trésor est à toi.

Mange-Matin, c’est à l’origine le désir d’illustrer par de brefs poèmes les figures de rhétorique aux noms compliqués, mettre le Gradus de Dupriez à la disposition des plus petits, dans l’esprit de Duneton, de Verheggen aussi. Peut-on publier un pavé pour enfants ? Ce mince recueil est une amorce, j’ignore si je réaliserai jamais ce projet-là...
- Valérie Rouzeau

Valérie Rouzeau bouscule les conventions littéraires avec humour et s’autorise à jouer avec les mots, les sons, ce qui donne un air un peu surréaliste parfois à ses poèmes. La forme courte des poèmes, mêlant humour et malice, apporte une dynamique à ce petit livre. L’auteure use parfois de références littéraires et mythologiques, sans pour autant se prendre au sérieux. Les illustrations de Valérie Linder, composées notamment de collages et de couture (!) accompagnent avec justesse et finesse l’univers poétique de Valérie Rouzeau. Elle utilise toutes sortes de matières (crayon, pastel, papier, encre, végétaux, fil à coudre, etc) mêlées à des tons pastels. Valérie Rouzeau précise que “les courts poèmes de Mange-Matin n’ont pas été écrits pour les enfants spécialement.” Il reste que ce bel objet-livre représente une source de travail autour des mots et des images avec un public d’enfants. Un duo très réussi qui donne une œuvre originale.
- Catherine Rambaud, LivrJeun

Extrait

HYPALLAGE

Mon arbre triste et puis s’en va
Mon arbre pas là
Mon arbre moi moi
Que plante ma peine et puis s’en va
LITOTE

Pas fâchée de te voir
Il y avait longtemps
Je sais un petit banc
Où pourrions nous perchoir.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

L’auteur

Le plasticien

La Collection

La Guerre entre les arbres Triptike Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova Ciel inversé 1 Un éditeur... Voilà ! La Mort de Woyzeck Pleine lucarne Solaire Cheminement vers le rien Avant les monstres À la Dublineuse L’Imaginaire & Matières du seuil Le Perron Petites proses voyageuses L’Or de l’air Colomb, Cortez & Cie Une clarté de passage Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Les Macchabs vites Bavard au cheval mort et compagnie L’Enfance est mon pays natal L’Ordinaire, la métaphysique Pour mon ours blanc L’Enfant sur la branche Dans la présente abjection des mondes Le Bec de la plume Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas L’Errance, la dérive, la trace Arènes 42 Une cigale dans la tête