Non lieu provisoire Évelyne Morin

Publication 3 avril 2007
12,50 EUR (11,85 EUR HT)

Non lieu provisoire, Évelyne Morin, encres de Misko Pavlovic, 80 p., collection Marine, 14x21,5 cm, poésie, 2007, ISBN : 978.2.913388.60.4

Présentation

Dans l’énigme de l’instant, unique et insensé, retrouver le lieu de l’origine - non lieu provisoire - d’où la parole peut surgir, resurgir, à la fois mémoire et prophétie.

Écrire de ce non lieu, utopie d’être.

Écrire à l’extrême du provisoire, là où s’annule le temps.

Commencer donc

seulement recommencer

« Il s’agit d’une poésie à la fois physique et sensuelle, grave et profonde, intime et résonnante. Son opacité apparente dissimule mouvements diffus et sentiments enfouis. (...) On se dépouille sans pudeur, on se met en question sans concession. Il y a un travail d’analyse et d’incision. La plume a parfois une allure de bistouri. Cette rigueur sobre ou sèche fait toute l’originalité de la poésie d’Evelyne Morin, qui tient à la fois de la dramaturgie classique et des grandes revendications humanistes toujours d’actualité. »
- Décharge, N°134, Juin 2007

Extrait

Seulement des gens que je ne connais pas
et une antenne blanche sur un ciel métallique
Tout de suite je les ai perdus de vue
L’homme qui pleurait
Et la femme en bottes noires
J’ai traversé le passage à niveau comme on traverse le miroir
La route s’est refermée
L’encre coule et je la voudrais rouge
Passe un avion
Le ciel est hasard
Je n’écris plus
Pour rien

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Nietzsche, comme une puissante tape dans le dos ou ce coup de poing sur la tête dont parle Kafka à propos des bons livres »
René Pons
Carnets des solitudes

L’auteur

Le plasticien

La Collection

C’est papa qui conduit le train Lavoir de toutes les couleurs Entre chagrin et néant (audiences d’étrangers) Le Sentiment de la nature En herbe Le Perron Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Une voix pour Orphée Carnets respiratoires Tectonique des femmes Premières poésies (1950-1955) Le Bec de la plume L’Impatience Le Soleil oiseleur Rien qui porte un nom Fragments d’une ville fantôme L’Etoffe des Corps Circé ou Une agonie d’insecte On disait Maintenant la nuit Les Explorateurs Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances C’est l’Eté L’Incomparable promenade Bavard au cheval mort et compagnie Pour apprendre la paix à nos enfants La Belle vitesse L’Ombre nue Carnets du graphomane Variations sur des carnets