Un alibi de rêve François Salvaing

Publication 4 avril 2007
10,00 EUR (9,48 EUR HT)

Un alibi de rêve, François Salvaing, préface de Jaume Melendres, illustration de couverture et vignettes intérieures de Mickaël Mohamed Schmitt, nouvelle, collection « Texte au carré », 14x14 cm, 48p., 2007, ISBN : 978.2.913388.62.8

Présentation

On est sur ma trace, on ne va pas tarder à surgir et déchirer mes apparences. Il est urgent que je commette un crime, voire deux, ou davantage. Sinon je serai humilié - j’en suis atrocement conscient - de ne pas en savoir plus que ceux qui se tiendront sur le pas de ma porte, en chemisette et gilet pare-balles, mâchonnant des phrases si bien construites qu’ils n’auront pas besoin de les habiter.

Un homme voyage à vélo. La nuit il fait des cauchemars et ne sait plus ce qui appartient au réel, ce qui vient des rêves. Cet homme s’apprête à commettre un crime. Il a déjà tué par le passé. Parce qu’il est gentil et qu’il veut faire plaisir à sa maman.
Avec un brio incontestable, François Salvaing nous met dans la peau d’un assassin. Un serial killer en proie aux troubles de la personnalité. En s’inspirant de L’Affaire de la rue de Lourcine d’Eugène Labiche, le nouvelliste remonte à travers son monologue halluciné les rouages de la folie meurtrière. C’est alerte, vif et intelligent. Un pur moment de littérature.

- Lecture en ligne de François Salvaing sur le site de la webradio de Libération (merci à Frédérique Roussel)

C’est l’histoire terrible et froide d’un homme ou plutôt d’un fils et de sa mère, une mère complice évidemment... (« Le moins qu’on puisse dire à la décharge d’Agnès, de Barbara et même de Clotilde : Maman n’était pas une circonstance favorable. N’est pas. »). Un va-et-vient tragique entre rêves (nécessairement torturés) et réalité (donc douloureuse). François Salvaing nous emmène dans les méandres de la pensée de ce personnage avant un dénouement cruel dans les deux dernières pages. Les éditions Cadex nous ont encore gatés !
- Librairie Vaux Livres

Extrait

Je rêverais de pouvoir, avant de m’endormir, passer commande de mes rêves. Dream service, un cauchemar s’il vous plaît et n’oubliez pas de le saupoudrer de connotations explicitement érotiques. Dream service, direction Scandinavie, d’urgence. Dream service, sortez-moi Maman de la tête.
Il y a des moyens, je les ai pratiqués, d’aider les rêves à prendre certaines tonalités désirées. Les hallucinogènes, le cinéma. Tout de même, cela n’atteint pas la précision où, depuis quelque temps, j’aimerais parvenir. J’ai acheté des cartes, des guides, une monographie sur Munch, tout Strindberg, j’écoute du Grieg, du Sibelius, un jazzman nommé Vasala. J’essaie de m’imbiber de Scandinavie. De jour, je progresse. A preuve, hier, sur un marché où je passais, j’ai été littéralement aimanté, entre vingt étals, vers une vendeuse de cartes postales qui s’est avérée danoise.
La nuit, je n’ai pas autant de réussite.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Nietzsche, comme une puissante tape dans le dos ou ce coup de poing sur la tête dont parle Kafka à propos des bons livres »
René Pons
Carnets des solitudes

La Collection

Le Sens du toucher Presque le bonheur Les Visages et les voix Poèmes poids plume Chants de la tombée des jours Fragments d’un meurtre Le Chant du destin Dans les jardins mouillés Pays simple Pour mon ours blanc Mange-Matin Le Congrès d’automne Encre L’Enceinte La Mort est en feu Le Loir atlantique C’est papa qui conduit le train Zoophile contant fleurette Dans le vent du chemin En herbe Le Soleil oiseleur L’Ombre nue L’Italien Un alibi de rêve Les Explorateurs La Halte belge La Momie de Roland Barthes Carnets du jardin de la Madeleine Carnets respiratoires L’Enfant sur la branche