Le Chant du destin Philippe Lekeuche

Publication 1987
9,00 EUR (8,53 EUR HT)

Le Chant du destin, Philippe Lekeuche, poèmes, 4 encres de Jean Dalemans, coll. L'Ostiaque, 14x21 cm, 80 p., 1987, ISBN : 2.905910.05.4

Présentation

En ces jours-là, nous fut imposé un exode. Comme une horde nous fuyâmes en hâte, emportant quelques vivres, des armes, et ce qui nous restait d’âme et de cœur.

Nous traversâmes des vallons, des plaines, des montagnes, des déserts. Nous côtoyâmes des ravins, des précipices, des falaises, des fleuves sans fin.

L’Ennemi était partout, à la manière de l’Amour.
Nous nous battîmes contre le rien, contre des démons de chair, contre des choses plus cruelles que les satans.

Nous connûmes aussi le bonheur.

La troupe que j’étais chanta, chanta tous les jours, de l’aurore à l’aube du soir, à perdre haleine, à élever nos voix plus haut que Babel.

Ce sont quelques-uns de ces chants, lecteur, que tu trouveras dans ce livre.
- P.L.

(...) A tous les niveaux de la communication poétique, Lekeuche nous délivre une découverte éminemment personnelle. Car voilà une nouvelle voix poétique, au plus aigu de ses aveux savamment spontanés...
- Jacques De Decker

Extrait

CHANT.19
Toi qu t’empares de mon nom, m’empires mêmes, prenant sur toi d’étendre, au bord de moi seul, ton domaine, as-tu, chère emprise, le cœur à me rire, à pleurer, réclames-tu, cruel enfant, tel un jouet qui te lasse bientôt, ma tête ?

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Maintenant, voici venu pour moi le temps de me décider à faire retour en arrière, de tenter de trousser congrûment quelque chose à ma guise, une sorte d’écriture pure de tout sens civique. Le besoin est sans doute inscrit dans les gènes : pressentiment reptilien que tout disparaîtra d’un coup.
Dany, Piteur, Olivier, il n’y a plus au monde une seule trace d’eux. Tout ce qui reste est en moi. »
Sylvain Fourcassié
Les Madones du trottoir

L’auteur

Le plasticien

La Collection

La Toile de la foraine - Lyon : portrait Les Explorateurs Carnets des solitudes Où patiente la lumière Toro Où qu’on va après ? Quatre écoutes du tonnerre L’Enfance est mon pays natal La Traversée des grandes eaux Stilb suivi de Iréniques Les Macchabs vites Tu me libellules Petit traité d’éducation lubrique Les Madones du trottoir Mon chat son chien et le cochon du voisin Des garous et des loups L’Existence poétique Le Chat Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances Crobards et mounièques Solaire Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) La Liesse populaire en France Arènes 42 La Guerre entre les arbres Le Bel aujourd’hui Marie-Gasparine L’Etoffe des Corps L’Ourlet du ciel Le Bec de la plume