Actualité À Rennes, une représentation inspirée des œuvres de Christian Prigent

, par Hélène Boinard

Les 24 et 25 novembre 2017 à 20h30 auront lieu les représentations de Saoul silence suivi de Expérience n° hein ? de Stéphane Keruel, par la Compagnie Le Chant de la carpe.
Un solo bicéphale composé d’un larynx et d’un saxophone nous entraîne dans l’exploration jubilatoire des hiatus entre corps et langue, mot et chose, poésie et réel. Il s’agit de faire perdre au langage un peu de sa prétention à pouvoir dire le réel.
D’après Christian Prigent, Une erreur de la nature, Editions P.O.L. Et Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas, Editions Cadex.
Avec Stéphane Keruel (voix) et Edwige Fouquet (voix et saxophone). Contribution à la mise-en-scène de Lionel François et Magali Perrinet.
Durée : 1 heure. A partir de 12 ans accompagné. Place à l’unité : 10 Euros.
À La Station théâtre (l’or noir de la langue) 1 route de Rennes 35520 La Mézière (12 km au nord de Rennes). Le public est accueilli à partir de 19h30 et les réservations se font par mail à lastationtheatre@gmail.com ou par téléphone au 06 41 56 47 01. Attention : petite jauge de 50 places. Lien internet :

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Franck, Victorine et leurs enfants sont présentés devant le juge. La présence des enfants émeut tout le monde, jusqu’aux policiers de la PAF, dont l’un fait jouer Shanee, trois ans, avec l’étui de son pistolet. Le même fabrique des avions en papier dans le hall du tribunal pour la petite fille et répète, alors que je porte l’enfant dans mes bras et la berce : c’est une honte de voir ça, comment on traite les gens. Aujourd’hui, 16 septembre, Franck est parti au Congo. »
Marie Cosnay
Entre chagrin et néant

L’Impossible Manque Le Sens du toucher Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) L’Or de l’air Petites proses voyageuses Matière du temps 2 Solaire Fragments d’une ville fantôme Le Loir atlantique Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Petits bonheurs L’Insu Les Choses n’en font qu’à leur tête La Mort est en feu Goutte d’eau Mon chat son chien et le cochon du voisin Un habitué des courants d’air Pays simple Premières poésies (1950-1955) On disait L’Œil tourné Rien qui porte un nom La Langue au chat Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Le Vingt-deux octobre Sillages Le Chat Dits d’elle La Langue et ses monstres Le Faraud séant