Actualité Christian Prigent et Jean-Pierre Verheggen les 19 et 20 mars 2011 à Calais (62)

, par Hélène Boinard


Le Musée des Beaux-Arts de Calais participe au festival de poésie contemporaine 5/cinq organisé par l’association décap(s). Il accueille le dimanche 20 mars à partir de 16h les poètes Christian Prigent et Vanda Benes, Cécile Richard et Jean Pierre Verheggen. Le festival 5/cinq s’inscrit dans le cadre du Printemps des Poètes 2011. Intitulé cette année « Poète, bête de rive » le festival s’ouvre sur une citation de Christian Prigent, tirée de son livre À quoi bon encore des poètes ? (P.O.L éditeur, 1996) : c’est à dire tant qu’il y aura du parlant, de l’humain, de l’humain inquiet, il y aura une exigence de « poésie ». Cette exigence de “poésie”, l’association décap(s) souhaite la faire partager à celles et ceux que cette inquiétude de la langue étonne encore. Rens. sur le site de décap(s).

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« C’est une émeute, avait dit l’un des hommes. Un soulèvement populaire, avait ajouté l’autre. Les carabiniers du village avaient fini par se décider à venir voir ce qui se passait. Ils avaient aidé les deux hommes à remonter dans leur autocar qui s’était enfui. À Santa Maria di Momentana, les maçons avaient achevé de monter le mur de briques. La Madonna était cloîtrée, hiératique. En bas, trois femmes caressaient l’enfant sous la robe qui frémissait. Le printemps était là en cette année 1944. »
Michaël Glück
L’Enceinte

L’Absent Matière du temps 1 Un éditeur... Voilà ! Le Voyageur sans voyage Le Vent du dehors Carnets respiratoires La Langue et ses monstres Chambre de feuilles En herbe Des étoiles sur les genoux Monsieur l’évêque avec ou sans mitre Rire parmi les hirondelles Le Pôle magnétique Variations sur des carnets Toro Triptike Petits bonheurs Fragments du solstice Maélo C’est papa qui conduit le train Stilb suivi de Iréniques Marie-Gasparine La Guerre entre les arbres Rien qui porte un nom Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime L’Italien Un cri L’Etoffe des Corps Les Mots d’Alice Tiens bon la rampe