Encre
Christian Arthaud

publication 1989
11,50 € (10,90 € HT)

Encre, Christian Arthaud, poèmes, 8 encres de Vivien Isnard, coll. L'Ostiaque, 14x21 cm, 112 p.,1989, ISBN : 2.90591011.9

Présentation

Il y a quelque chose des haïkus dans les premiers poèmes de ce recueil : une sagesse humble s’y murmure où l’homme n’est souvent qu’un fétu de paille face au monde. C’est dit sans pathos, sans grandiloquence, mais avec cet art poétique qui donne à quelques vers une ouverture immense :
« Sur la route de la montagne, /
Je n’accompagne personne. /
Personne ne m’accompagne, /
Seul un cœur immense résonne. »

L’humilité permet aussi une douce auto-ironie qui fait sourire, attendrit parfois. Les poèmes questionnent de petits moments suspendus par l’acuité d’un regard qui joue du vide à quoi, peut-être, se résumerait l’existence. Puis, les poèmes s’élargissent, prennent, non de l’ampleur, mais un peu plus de place, prennent leur temps, comme si l’apaisement était fruit de la lucidité : « Chaque jour qui passe / est un malentendu qui se dissipe. » L’observation, la flânerie se mêlent à la réflexion morale sans pour autant que le noir de l’encre ne pèse sur la page. C’est toujours au plus près de l’évanescence que s’écrivent ces poèmes du doute. Dans cette incrédulité qui pourtant fait écrire en « Dansant ainsi sur l’obstacle ».
On peut lire les poèmes de Christian Arthaud comme en une gymnastique quotidienne : quelques vers à l’aube qui traceront toute la journée leurs chemins en nous. Comme si Encre était le viatique du présent.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Franck, Victorine et leurs enfants sont présentés devant le juge. La présence des enfants émeut tout le monde, jusqu’aux policiers de la PAF, dont l’un fait jouer Shanee, trois ans, avec l’étui de son pistolet. Le même fabrique des avions en papier dans le hall du tribunal pour la petite fille et répète, alors que je porte l’enfant dans mes bras et la berce : c’est une honte de voir ça, comment on traite les gens. Aujourd’hui, 16 septembre, Franck est parti au Congo. »
Marie Cosnay
Entre chagrin et néant

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Ombres classées sans suite Petites proses voyageuses Profondeur du champ de vol Mi-ville mi-raisin Billet pour le Pays doré Tectonique des femmes L’Œil tourné Le Faraud séant Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Poèmes et lettres d’amour Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances L’Ombre nue La Tombe d’un jeu d’enfant Un oursin Des sourires et des pommes Où patiente la lumière La Ville est mosaïque Une voix pour Orphée Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Marie-Gasparine Triptike Chants de la tombée des jours Journal de l’homme arrêté Des rêves au fond des fleurs Arènes 42 Fidèles félidés Les Visages et les voix Le Jour se lève encore Fragments du solstice Le Réel