Festival « Rentrée nouvelles » à Forcalquier du 22 au 25 août

Actualité Festival « Rentrée nouvelles » à Forcalquier du 22 au 25 août

, par Hélène Boinard


Cadex participe bientôt au festival « Rentrée nouvelles », une manifestation littéraire centrée sur la nouvelle, qui se déroule du 22 au 25 août à Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence). Prévoyez de faire une dernière pause avant la rentrée, au coeur de la Provence, et repartez avec des fruits, des vins, des livres d’exception ! Forcalquier, ville d’artistes, d’éditeurs et de lecteurs, offre son cadre exceptionnel. La manifestation est organisée autour du travail d’une dizaine d’auteurs publiés par autant de petites maisons indépendantes et connues pour la qualité de leurs productions. Rentrée nouvelles permettra de découvrir des nouvelles, leurs auteurs et leurs éditeurs à travers un marché du livre (stands d’éditeurs, et stand tenu par la librairie La Carline, de Forcalquier) des lectures, tables rondes, conférences, atelier philo.... Cette première édition est placée sous l’égide du héros de la nouvelle, modèle du genre, de Melville : Bartleby le scribe.
Entrée libre pour toutes les activités, sauf le concert du Trio Chemirani (10 € - réservations pour le concert, renseignements sur l’accès et l’hébergement à Forcalquier à l’Office du tourisme intercommunal du Pays de Forcalquier). Le programme détaillé ainsi que des présentations des auteurs et maisons d’éditions participantes est disponible sur www.lekti-ecriture.com. Éditeurs et auteurs participants à la première édition :
L’Atelier du gué, qui édite la revue Brèves, Cadex et sa collection de nouvelles Textes au carré (auteur invité : Pierre Cendors), L’Amourier(et son auteur Sylvie Braganti), Le Chemin de fer (et Nathalie Quintane), D’un Noir si bleu (et Corine Pourtau) L’Iroli (et Pierrick Bourgault), Le Bruit des autres (et Christian Viguié), Nykta (et Jacques Fulgence)
La Chambre d’échos (et Milena Hirsch)
HB éditions (et Jérôme Delclos), la revue Marginales.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

Erratiques Les Choses n’en font qu’à leur tête Stabat Mater L’Imaginaire & Matières du seuil Variations sur des carnets Le Chant du destin Petites proses voyageuses Des sourires et des pommes Fragments d’un désastre C’est des poèmes ? Dans le vent du chemin La Tombe d’un jeu d’enfant Dans les jardins mouillés Les Montagnes du soir Insensément ton corps Un alibi de rêve La Halte belge De purs désastres, édition aggravée Rien qui porte un nom Les Chiens du vent Fragments du solstice Des étoiles sur les genoux En herbe L’Enfant sur la branche La Ville autour La Close Le Sens du toucher Le Jour se lève encore Nuitamment L’Ordinaire, la métaphysique