Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques)
Roland Nadaus

publication février 2004
14,00 € (13,27 € HT)

Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques), Roland Nadaus, poèmes, 12 dessins de Lewigue, coll. Marine, 14x21,5 cm, 96 p., 2004, ISBN : 2.913388.48.5

Présentation

(...) Les poèmes qui composent ce recueil en font un pamphlet sur les grandeurs et misères de la poésie en notre monde : « ère de la massification », « culture de masse intensive » (p. 44), « la marchandisation de notre société » (p. 62), mais aussi « le “cul-de-sac” de Mallarmé » (p. 35), question qu’il serait trop long d’aborder ici. La référence à Saint-Pol-Roux (p. 32) n’est pas sans importance si l’on songe à la méfiance de ce poète à l’égard du livre et de l’écrit (il refusa de publier de 1907 à sa mort, en 1940) (...) Le ton de Guérir par les mots est absolument satirique. Nul n’est épargné, même pas le poète lui-même (...)
- in Temporel, revue littéraire et artistique

(...) Les images de l’auteur, en leurs pâleurs obliques et cruelles donnent à voir de la façon la plus farcesque et démoniaque (mais la plus lucide aussi) ce qui échappe au cercle étroit de ces poètes « impuissants dans les troubles de la ménopause créative ». De tels fantômes (dont l’auteur a l’exquise politesse de ne pas donner de noms) servent donc d’appât à un lecteur à qui ils offrent pour tout viatique une identité et une intimité en mal de reconnaissance. À l’aide ou par l’entremise pour Guérir par les mots de « poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques » (sous-titre de ce livre) il aborde les problèmes de la poésie qu’il repose de manière tragiquement (pour les concernés) comique (pour leurs lecteurs potentiels).
- Jean-Paul Gavard-Perret : Roland Nadaus ou Le délit « d’initier »

Extrait

De la médecine par le poème
Le premier texte jamais écrit sur la “médecine par les poèmes” est en argile synthétique. Il regroupe une série de tablettes gravées en caractères informes et ses auteurs le rédigèrent sans doute 100 000 ans avant de naître.
Ainsi commence l’histoire officielle de la poésie, bien que l’on sache qu’en réalité l’homme utilisa très tôt la femme pour en faire un poème - et la parole pour en faire du vent. Se nourrir, faire l’amour et se soigner ont longtemps été “synonymes”.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« C’est une émeute, avait dit l’un des hommes. Un soulèvement populaire, avait ajouté l’autre. Les carabiniers du village avaient fini par se décider à venir voir ce qui se passait. Ils avaient aidé les deux hommes à remonter dans leur autocar qui s’était enfui. À Santa Maria di Momentana, les maçons avaient achevé de monter le mur de briques. La Madonna était cloîtrée, hiératique. En bas, trois femmes caressaient l’enfant sous la robe qui frémissait. Le printemps était là en cette année 1944. »
Michaël Glück
L’Enceinte

L’auteur

Le plasticien

La Collection

L’Impossible Manque Couleur jardin Rien qui porte un nom Coquerets et coquerelles Ciel inversé 1 Carnets des solitudes La Traversée des grandes eaux Petit Traité d’éducation lubrique (édition 2010) L’Etoffe des Corps Ouverture du cri Triptike Des sourires et des pommes Marie-Gasparine Variations sur des carnets La Ville est mosaïque Tu me libellules Capitaine des myrtilles Non lieu provisoire Opéré bouffe Matière du temps 1 Fragments du solstice Zoophile contant fleurette La Source La poésie est facile Profondeur du champ de vol Les Madones du trottoir L’Ordinaire, la métaphysique À la Dublineuse Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Parfois