Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

Les Visages et les voix Les Eaux noires Encre Chroniques d’un promeneur assis gLoire(s) Des étoiles sur les genoux Petit traité d’éducation lubrique Billet pour le Pays doré Fragments d’un meurtre Petit Traité d’éducation lubrique (édition 2010) Solaire Bavard au cheval mort et compagnie L’Enfance est mon pays natal Pour apprendre la paix à nos enfants Le Bel aujourd’hui La Mort de Woyzeck La Belle vitesse Le Perron L’Œil tourné Profondeur du champ de vol L’Imaginaire & Matières du seuil Crobards et mounièques L’Alimentation générale de Tombouctou Le Taureau, la rose, un poème Carnets respiratoires Pour mon ours blanc Les Explorateurs Poèmes et lettres d’amour Circé ou Une agonie d’insecte Fin’ Amor