Le Pôle magnétique Jean-Yves Plamont

Publication 19 octobre 2016
12,00 EUR (11,37 EUR HT)

Le Pôle magnétique, Jean-Yves Plamont, poésie, hors collection, 12x19,5 cm, 54 p., 2016, ISBN : 978-2-913388-83-3

Présentation

« Les poèmes de Diego s’inscrivent dans la mouvance du néo pop nostalgique » dixit l’auteur.

C’est doux, c’est tendre, c’est ingénu, c’est parfaitement ficelé, on sourit, on s’émeut... – bon Dieu, j’allais oublier de te dire ça... – c’est exactement ce que j’ai ressenti à te lire.
- Léo Montillot, in Notes de lecture, Jean-Yves Plamont : L’Humour tendre, revue littéraire numérique Les Années

PDF - 109.5 ko
Article de la revue Les Années, N° 80 : Poésie

Extrait

Mon manteau polaire est tellement épais. Katarina n’entend plus mon cœur qui bat pour Katarina.

Katarina sur le dos d’un ours blanc, ça fait très Greenpeace and Love.

Les négociations sont bloquées. Le pingouin interprète ne sait pas traduire coquelicot.

À l’entrée de la colonie de pingouins, Diego lit NO SMOKING. Il retourne dans son igloo se changer.

Katarina, j’ai deux tickets pour la prochaine aurore boréale et nos numéros se suivent.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Ce que nous entendions par ’peinture’ il y a peu de temps encore n’occupe plus aujourd’hui qu’une place infime dans le territoire de tout ce qui revendique ce nom. »
Christian Prigent
Le Sens du toucher

L’auteur

La Collection

En avant l’enfanfare ! Pays simple Mi-ville mi-raisin Stilb suivi de Iréniques Crobards et mounièques L’Impossible Manque L’Oiseau de nulle part Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Cheminement vers le rien Maélo Un habitué des courants d’air Le Chant du destin Profondeur du champ de vol Tacatam Blues Non lieu provisoire Le Chat Presque le bonheur Chroniques d’un promeneur assis Ciel inversé 1 Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Le Faraud séant Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances Rien qui porte un nom Une clarté de passage Les Eaux noires L’Ourlet du ciel Un cri Le Bec de la plume Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Banlieue nord