Le Taureau, la rose, un poème
James Sacré

publication 1990
9,50 € (9,00 € HT)

Le Taureau, la rose, un poème, James Sacré, poème, 13 pierres noires de Denise Guilbert, coll. Marine, 15x22 cm, 40p., 1990, ISBN : 2.905910.13.5

Présentation

Où on retrouve le fameux boitement du vers et de la syntaxe, les singuliers mots-béquilles sur lesquels le lecteur comme l’auteur s’appuient pour avancer dans le poème, la simplicité presque archaïque des scènes, qui rapprochent encore le poète de celui qui le lit...
Le taureau dessine / Un geste précis / Et rouge assassine / Le monde et midi.
Où on retrouve aussi les influences poétiques médiévales et orientales, chères à l’auteur nomade...
La mise en page, complice du déhanchement de la langue, rend très fidèlement la singularité du style, dans un va-et-vient très souple de la forme à l’informe.

Extrait

Avec sa fesse en feu souple en soie la femme
Son visage en linges doux avec ses dentelles
Son foin les odeurs sa fouine tiède elle
Travaille à des treillis miraculeux des trames

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Jardin comme posé
dans ma mémoire j’ai neuf ans.
Le tilleul est rutilant le
silence éclabousse au milieu de l’été et
tant d’abeilles dans les branches.
Ce que je peux m’emmerder ! »
Dominique Fabre
Avant les monstres

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Les Eaux noires Musée de l’os et de l’eau Une clarté de passage Fin’ Amor La Tombe d’un jeu d’enfant Chair de Sienne Une cigale dans la tête Tiens bon la rampe Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Lavoir de toutes les couleurs Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives On disait La Close Ciel inversé 1 La Halte belge Vladivostok, aller simple L’Absent Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances Le Vent du dehors Les Explorateurs Le Jour se lève encore Autobiographie d’un autre Le Réel Chroniques d’un promeneur assis Où patiente la lumière Corps antérieur La Belle vitesse Mobilis in mobilier Un cri La Ville autour