Marie-Gasparine Françoise Lison-Leroy

Ouvrage épuisé

Marie-Gasparine, Françoise Lison-Leroy, illustrations de George Warnant, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 1999, 7.50€, ISBN : 9782840310976

Présentation

De terre et d’eau, la petite sorcière des collines fait le tour du domaine.

« Un saule lui sert de maison. »

Pages d’enfance au large d’un pays aimé.

Dans des poèmes-paysages aux teintes délavées, Françoise Lison-Leroy peint l’insaisissable fluidité de l’eau. Une composition qui emprunte à la nature ses plus beaux éléments à travers le terrain de jeu de Marie-Gasparine. La figure énigmatique de ce délicat visage enfantin au « prénom d’herbe et de vent » nous conduit dans un univers liquide et végétal aux nuances bleues de « l’eau moussue » d’une rivière. Rien que de très ténu dans cette poésie visuelle et musicale où l’on « écoute la musique furtive » des ondulations du vent. Les lavis aux couleurs estompées de George Warnant accompagnent cet univers de transparence et de dissolution. Un regard aux accents personnels peut-être un peu trop fade pour certains jeunes lecteurs.
- Béatrice Benistant, Le Matricule des anges, N° 29, 2000

Extrait

Elle parle aux statues
Filles et garçons
Gelés dans le parc

Mémoire
le bronze
grave ses traces bavardes
au nœud d’un chêne

Un silence scelle la nuit

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Quand l’été
n’a plus
que la pluie
et les os
que le ciel
est trop bref
pour l’œil
tout se tient
à la vie
à la mort
dans le cœur. »
Louis Dubost
Des sourires et des pommes

Le plasticien

La Collection

L’Ourlet du ciel Où patiente la lumière Petites proses voyageuses Tacatam Blues Le Perron La Tombe d’un jeu d’enfant Les Eaux noires Encre Résidences secondaires Vladivostok, aller simple Solaire Rien qui porte un nom La Belle vitesse Le Vent du dehors Les Mots d’Alice Fragments du solstice Fragments d’un désastre Des étoiles sur les genoux Fidèles félidés Carnets du graphomane Une voix pour Orphée Dans les jardins mouillés Bavard au cheval mort et compagnie Chroniques d’un promeneur assis Le Vingt-deux octobre On disait Corps antérieur L’Evolution des paysages Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime L’Existence poétique